logo-impression
  • Posté le 22 juin 2021 / 81 visites

Télétravail : un groupe de travail national... Enfin !

Aujourd’hui les organisations étaient convoquées à un groupe de travail sur le télétravail.

Il a fait suite des rencontres bilatérales avec la DG, pour essayer de construire un texte valant "accord", sans toutefois respecter le cadre de la négociation défini par l’ordonnance de février 2021 (pas de définition d’accord cadre ou de méthode).

Vous trouverez ci-joint et ci-dessous le propos liminaire de la CGT lu à l’ouverture de la séance. Un compte-rendu suivra. Bonne lecture et bonne diffusion.

Même si certaines mesures sont affirmées dans ce décret 2020-524 du 5 mai 2020, comme le volontariat de l’agent ou le nombre de jours maximums de télétravail, la souplesse extrême apportée au modalités de mise en œuvre, peut conduire à un recul des droits et garanties pour les agents et une aggravation des inégalités professionnelles. Alors qu’elles existent déjà depuis 2016, certaines dispositions ne sont toujours pas toujours mis en œuvre, comme la mise à disposition de matériels adéquats, la prise en charge des frais, la bonne information sur les possibilités de recours.

Le télétravail ne doit pas non plus conduire à une modification de la nature du travail : la CGT est opposée à un travail gangrené par l’imposition d’objectifs qui seraient individuels, touchant d’abord les télétravailleurs et s’étendant progressivement à l’ensemble des collectifs de travail. Il ne faudrait pas que les responsables de nos administrations se mettent dans l’idée d’accompagner l’uberisation de l’économie par le développement du « tâcheronnage », le travail à la tâche ou à la pièce, permettant ensuite d’ouvrir à une individualisation des rémunérations des fonctionnaires.

Enfin nous l’avons évoqué au travers des dispositions déjà prévues en 2016 et non mises en œuvre à cette heure, le point d’achoppement pour la CGT sera bien évidemment les moyens que l’administration consentira à mettre en œuvre dans le développement du télétravail. Vouloir que les agents financent eux-mêmes leurs outils de travail ou leur environnement de travail n’est pas du tout synonyme de progrès. C’est pourquoi les questions de fourniture ou de financement du matériel ou du mobilier de bureau, les questions de prise en charge des diagnostics électriques et des suppléments éventuels des assurances individuelles, l’octroi d’un forfait mensuel et de titres restaurants aux télétravailleurs en fonction du nombre de jours détermineront grandement l’appréciation que la CGT portera sur ce projet d’accord sur le télétravail.

Enfin nous serons également très attentifs aux propositions que vous nous ferez en matière de transition entre le télétravail de crise sanitaire et le télétravail pérenne, de façon à ce que nos collègues – tout au moins celles et ceux qui sont volontaires – puissent continuer d’en bénéficier sans interruption.

Nous reviendrons bien évidemment sur les différents points évoqués dans les documents fournis pour ce groupe de travail.

Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.