logo-impression
  • Posté le 14 décembre 2021 / 304 visites

Les grilles (indiciaires) de la honte !

Le début de la grille indiciaire d’agent de constatation est déjà un véritable scandale, un hymne à la non reconnaissance de la valeur professionnelle et au travail effectué, celui d’agent de constatation principal de 2nde classe ne vaut guère mieux.

Quand on sait que l’administration n’a aucun scrupule à affecter des agents de constatation fraîchement arrivés sur des postes jadis occupés par des catégories B ou des ACP1 confirmés, on prend mieux conscience du « déclassement » dans notre administration.

Jusqu’à ce que le point d’indice soit une nouvelle fois rattrapé par l’augmentation du SMIC (novembre 2021) la situation était la suivante :

Ainsi un agent de constatation entrait au premier échelon à l’indice 330 (tous les indices évoqués sont des indices majorés) pour une durée d’un an. Là, l’attendait un bond prodigieux de … un point d’indice dont il devait se satisfaire pendant deux ans. Le troisième échelon, toujours pour une durée de deux ans, permettait un gain substantiel de … un point d’indice. Aux quatrième et cinquième échelons, on ne change pas une équipe qui gagne : une durée de deux ans par échelon pour un gain de deux points d’indice. Fort heureusement, au sixième échelon, c’est le jackpot. La durée dans l’échelon restait la même mais le gain indiciaire était multiplié par deux. Oui vous avez bien lu. Par deux. Soit quatre points d’indices gagnés. Ça valait le coup d’attendre, non ?

Sept longues années pour un gain indiciaire de 5 points. Elle est pas belle la vie à la DGDDI ? C’est justement à partir de ce cinquième échelon (7 années de services) que les agents sont proposables au tableau d’avancement d’ACP2.

Encore une fois, en cas de réussite au tableau d’avancement, de magnifiques perspectives indiciaires s’offraient à nos futurs ACP2. De l’indice, 335 ils étaient reclassés à l’indice 336 (un autre bond prodigieux) pour une durée de deux ans. Ils pouvaient être rassurés, dès le quatrième échelon, et cela pour deux ans ils retrouvaient un gain indiciaire de de deux points.

Pour récapituler, si tout se passait bien pour nos agents de constatation au bout de 9 années de services ils auraient obtenu un gain indiciaire de 8 points soit 0,88 points d’indice par an. Tout cela, déjà relevait du plus profond mépris, de l’absence totale de reconnaissance du travail accompli
mais à la DGDDI le pire est toujours sûr...

En effet Boum Boum Badaboum, l’augmentation du SMIC est arrivée dégageant de nouvelles perspectives.
Jugez vous-même.
Dorénavant les agents à l’échelon 1 d’agent de constatation ont l’indice 340. Ne vous réjouissez pas trot tôt pour eux ! L’administration leur fait payer durablement cette avancée légale. Elle invente l’échelon gratuit. Vous progressez mais sans conséquence salariale. Ainsi, jusqu’au sixième échelon vous restez bloqué à 340 points d’indice. Quel mot vient à l’esprit ? Lamentable, indécent, scandaleux. Oui et bien d’autres aussi...

Comme si cela ne suffisait pas la grille indiciaire d’ACP2 est également touchée dans cette course à la smicardisation puisque les quatre premiers échelons sont à l’indice 340.

Elle est pas belle la vie de catégorie C ? Dans quelle entreprise un patron oserait ce genre de provocations, ce foutage de gueule manifeste ? Aucune à notre connaissance. Il n’y a que nos hiérarques qui se permettent de telles ignominies.

C’est pour cette raison et bien d’autres (gel de la valeur du point) que la CGT pousse pour qu’une négociation salariale s’engage dans notre administration. La DGFIP a obtenu l’ouverture de cette négociation au premier semestre 2022.

Nous exigeons qu’il en soit de même à la DGDDI. C’est une nécessité. Ce n’est pas de micro-primes dont les agents ont besoin, mais d’une reconnaissance pérenne de l’implication qu’ils mettent au quotidien dans l’exercice de leurs fonctions, et cela souvent dans des conditions de travail dégradées. Cela concerne bien évidemment toutes les grilles indiciaires B, C et A tant le tassement de celle-ci est réel depuis de très longues années. Ce n’est d’ailleurs plus d’un tassement dont il s’agit, mais d’un véritable écrasement ! .

Si les choses continuent dans ce sens, tous les échelons du grade d’agent de constatation auront d’ici quelques années une valeur de point d’indice équivalente. Cela suffit.

Lors de notre dernière entrevue avec la directrice générale celle-ci n’a pas fermé totalement la porte à cette négociation. Nous retournerons donc rapidement vers elle avec nos collègues des autres syndicats.

Des négociations salariales s’imposent !
Vous pouvez compter sur nous !

les grilles sont ici

Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.