logo-impression
  • Posté le 27 juin 2016 / 197 visites

Lettre à la DG - Retrait des officiers de liaison dans les GIR

Objet : retrait des Officiers De Liaison dans les Groupes d’Intervention Régionaux (GIR)

Madame la Directrice Générale,

Lors de la tenue du Séminaire annuel des chefs de GIR des 1ers et 2 juin derniers, vous auriez fait part de votre projet de procéder au retrait des Officiers De Liaison Douanes.

Vous auriez également adressé un écrit auprès du Ministère de l’Intérieur concernant cette position que vous qualifiez de « politique de redimensionnement ». Nous nous interrogeons donc sur la qualité du dialogue social instauré en douane puisque les officiers de liaison douaniers ont eu connaissance de votre démarche par leurs collaborateurs du Ministère de l’Intérieur et non par leur propre administration, ce qui les a évidement choqués.

Dans le contexte actuel de lutte contre le terrorisme, cette décision parait, pour le moins, totalement infondée et inacceptable.

Le GIR est un outil puissant. Sa force de frappe vient de la mutualisation des compétences. Les douaniers apportent leurs plus-values lors des enquêtes judiciaires. Il ne s’agirait pas non plus que cette démarche interministérielle ait été un prétexte à mutualiser les savoirs douaniers au sein des GIR pour nous en exclure in fine.

La doctrine d’emploi des GIR induit une démarche interministérielle orientée vers la lutte contre tous les trafics illicites et notamment douaniers (stupéfiants, contrefaçons, alcools, cigarettes). Elle intervient également en matière de transferts physiques transfrontaliers de moyens de paiement et de blanchiment. Ainsi, le GIR ne serait quasiment plus constitué que par des agents du Ministère de l’Intérieur dans le contexte actuel, au détriment de nos missions douanières. Vous n’êtes pas non plus sans savoir qu’ « assécher les réseaux est le meilleur moyen de stopper l’activité criminelle ».

Cette analyse de l’absolue nécessité des GIR et du rôle primordial des douaniers au sein de cette entité interministérielle n’est pas uniquement nôtre. Elle provient de la revue du Ministère de l’Intérieur « Civique Magazine », dont visiblement vous n’avez pas été destinataire, pour envisager, ne serait-ce qu’un seul instant, un désengagement de la Douane.

Nous attendons une expression rapide de votre part, et resterons d’ici là, vigilants et alertes auprès de nos collègues des GIR, tout comme nous le sommes depuis des mois auprès de la communauté douanière.

Pour le SNAD CGT, la secrétaire générale

Manuela DONÀ

Version à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.