logo-impression
  • Posté le 15 juin 2017 / 570 visites

DNRED...la parole du Ministre piétinée

Le droit n’est pas respecté à la DG...
La parole donnée d’un Ministre non plus...

La DNRED est depuis de nombreux mois dans la tourmente, un système au bord du
gouffre dû à une politique du chiffre mortifère et à une hiérarchie vacillante.
La direction générale, fuyant le danger, n’a pas honoré ses promesses quant à la
refondation de notre direction. La façon dont est traité ce dossier ultra-sensible traduit un réel mépris envers le personnel.

Un bateau sans capitaine et sans cap. Malheureusement, les catastrophes qui se sont
succédées dernièrement à la DNRED ne semblent pas avoir mis fin au mal qui ronge
depuis longtemps cette direction : l’entre-soi. Les projets avancent dans les canapés de la DG... et sans nous !

Si la CGT se félicitait de voir un plan de travail se profiler pour ce chantier de
« refondation » (puisque nous en avions formulé la demande), C’est avec une
immense déception toutefois que nous constatons qu’un engagement pris devant le
Ministre ne sera pas honoré...
En effet, il avait été convenu collectivement que ce chantier de refondation serait
mené par la Direction Générale, en toute logique par ailleurs avec le premier point
essentiel du courrier du DG du 19 avril 2017
"un pilotage plus étroit de la DNRED par la Direction Générale - je proposerai ainsi que la DNRED me soit d’ailleurs directement rattachée. Ce rattachement nécessitera une modification de l’arrêté de création de la DNRED de 2007 qui sera examinée dans les instances de concertation appropriées". Or, le mail du Directeur Général du 7 juin indique que "des réunions seront prochainement organisées par la direction de la DNRED", ce qui va à l’encontre des engagements pris.

La parole donnée par un Ministre est donc piétinée !

Pourtant, le plan de refondation, tel que proposé, nous semble à la fois relever de cet engagement ministériel, de la direction générale et donc du fonctionnement de l’ensemble des services douaniers. C’est pourquoi la CGT reformule sa demande, acceptée par le Ministre le 20 avril 2017, et attend un calendrier de rencontres. À défaut, nous serons contraints de prévenir le Ministre que les engagements pris sont piétinés à la première occasion. Attendre, c’est bien...faire, c’est mieux !

Les agents de la DNRED sont impatients de découvrir leur avenir, il en va de la sérénité de chacun. Et les propositions de certains de « réduire la voilure » ne vont ni rendre la DNRED plus efficace, ni rassurer les agents, d’autant que la CGT avait obtenu la promesse que le maillage ne serait pas affecté…, mais les paroles ont-elles encore une valeur à la DGDDI ?


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.