logo-impression
  • Posté le 30 octobre 2020 / 55 visites

CHS CT de La Réunion du 30 octobre 2020

Vous trouverez ci-joint en version imprimable et ci-dessous la déclaration de la CGT Réunion lue à l’ouverture du CHSCT.

Madame la présidente du CHS-CT,
Madame la médecin de prévention,
Mesdames et Messieurs les membres de l’instance,
et surtout Emmanuel M ., Jean C., Gérald D, et vous autres au gouvernement ….

Finalement vous avez gardé le gars Gardette pour garrotter le gabelou et vous gargariser de la voie de garage vers laquelle vous propulsez notre administration.

Alors voilà, comme Capri, la mission fiscale de la Douane c’est fini : enfin, on pourrait le penser … Sauf que votre programmation de la casse de notre administration semble elle bien infinie …

Parce que la lame de la guillotine va s’abattre plusieurs fois sur la tête des agents des douanes, d’abord sur les opérations commerciales, dont vous proposez qu’ils rejoignent une DGFIP déjà aux abois, dont la géographie revisitée ressemble plus à un démembrement de terres arides qu’à une distribution de parcelles de roses, en promettant aux collègues possiblement restructurés des lendemains qui chantent, puis sur la tête des agents de la Surveillance dont vous voulez fondre certaines missions dans le machin FRONTEX, nous préférons dire machin plutôt qu’agence européenne, au vu des derniers événements qui se sont déroulés en mer Egée, où de pauvres bougres naviguant sur des barcasses de fortune ont été rejetés à la mer avec la complicité active de HONTEX, pardon FRONTEX.

Vous vous asseyez sur le droit des agents, sur leur avenir et celui de leurs familles, comme FRONTEX s’assoie sur le droit international, vous nous embarquez sur un rafiot dont la coque est percée de toutes parts, et dont le commandant et ses officiers sont plus intéressés par les pièces d’or à récolter que par la santé de leur équipage.

Que restera-t-il au bout du compte ?

Une administration exsangue, vidée de ses missions, de ses agents, vidée de tout ce qui fait, faisait, notre fierté d’appartenir à une administration dont les bases modernes sont issues de Colbert (bon, il n’a pas fait que des choses bien, on vous l’accorde …) et qui remontent à la conquête de la Gaule, lorsque les premiers postes douaniers percevaient le premier impôt appelé « Quarantième des Gaules » : notre avenir c’est plutôt les « Quarantièmes Rugissants », et nous savons déjà que ce n’est pas FRONTEX qui viendra nous sortir la tête hors de l’eau quand nous y affronterons la tempête, bien au contraire…

Nou lé pas plus nous lé pas moin : respect a nou !

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.