logo-impression
  • Posté le 24 novembre 2020 / 69 visites

Brexit : rencontre au Havre entre la CGT et le cabinet du secrétaire d’Etat aux affaires européennes

Prévenue la veille par la police d’une visite (visite des installations et rencontre des acteurs locaux) de Madame SEMON, conseillère BREXIT du secrétaire d’Etat aux affaires européennes , la CGT des douanes du Havre a demandé une audience.

En effet, il y a beaucoup à dire sur le Brexit, et notamment le Brexit en Normandie.

Celle-ci a eu lieu dans les locaux de la sous-préfecture du Havre le vendredi 20 novembre après-midi.

Cette rencontre a eu lieu en présence de la DR intérimaire du Havre et référente BREXIT à la DI Normandie et la SG de la sous-préfecture.

30 minutes d’entretien

La CGT lui a fait remonter les nécessités de créer un bureau principal à Cherbourg (dépôt d’un dossier argumenté fait par les collègues CGT de Cherbourg) et à Dieppe (rencontre du maire de Dieppe avec la CGT il y a quelques mois) pour faire face au dédouanement des marchandises tierces du Royaume uni au 1er janvier et donc de renforcer les effectifs OPCO.

La CGT lui a posé la question du délestage inévitable qui aura lieu vers les ports normands et de l’anticipation à mettre en œuvre.

La CGT lui a fait remonter la nécessité de créer un centre de quarantaine au Havre et dans les autres ports normands, tel que le prévoit le décret du 27 mars 2017 (une zone est d’ores et déjà prévue par la municipalité de Dieppe).

Les multiples problèmes de l’absence du dédouanement le weekend avec un stockage des camions sur des endroits non adaptés et des problèmes sanitaires qui allaient se poser

Réponses de la conseillère :

Pour le délestage malgré nos insistances, ses services n’ont aucune idée du volume à près de 1 mois de l’échéance de ce qu’il sera....c’est plutôt inquiétant en tout cas aucune mesure d’anticipation n’est prise on verra....

Pour les centres de quarantaine, elle n’était pas au courant du décret et des problèmes pour les douaniers avec les animaux de compagnie qui vont devoir faire l’objet de contrôle de certificat sanitaire qui devront être donnés par les autorités britanniques 48H avant la venue en France...où met on les animaux en cas de certificat sanitaire périmé ou absent ? On les euthanasie comme avant à Roissy ?

Pas au courant des contrôles douaniers à Dieppe qui seront fait par Rouen Port situé à 60 km de Dieppe, et surprise qu’il y avait un bureau OPCO à Dieppe qui a été supprimé il y a 10 ans...

Pas de commentaires sur évolutions ou les créations demandées des bureaux CO Cherbourg et Dieppe, elle a pris note....

La CGT est ravie d’avoir pu saisir cette opportunité de porter les revendications de la CGT. Nous espérons avoir été entendus.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.