logo-impression
  • Posté le 26 mars 2020 / 31 visites

Compte rendu de la réunion avec le DI Nouvelle Aquitaine du 25 mars

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu CGT de la dernière réunion téléphonique avec le DI sur le sujet de la pandémie Covid-19

Le DI a commencé cette réunion, en souhaitant apporter un éclairage de la situation des services et des agents de la Nouvelle Aquitaine.

Il y a, actuellement, 4 agents en maladie (Dax BSI, Mérignac BSE, CODT et Limoges BSI) : aucun lien confirmé avec le covid19 ; il est en attente de résultat concernant le collègue de Limoges, pour qui un test a été effectué.

Douze agents sont en quatorzaine : 2 CODT, 2 Oloron BSI, 1 Bayonne BSI, 1 CRPC Bayonne, 4 Limoges BSI (liés au collègue en CM), 1 au pôle RH et 1 à la RI.

Concernant le fonctionnement des services et plus précisément l’activité des brigades, nous insistons pour que le présentiel des agents sur le terrain soit adapté au volume de l’effectif réellement disponible.

Dans un souci d’équité et à notre demande, le DI va indiquer des consignes précises sur la fréquence des équipes des "petites" unités.
La composition des équipes doit être de 4 agents maximum, plus l’ajout éventuel d’un EMCAS, voire d’éléments motards.

Concernant le présentiel des "encadrants" au niveau des unités, lors des vacations des équipes sur le terrain : à partir du moment où ils sont joignables à tout moment et en capacité de se déplacer au siège de l’unité à la demande du chef d’équipe, leur présence n’est pas obligatoire.

Nous avons demandé que la moyenne d’heures de nuit soit figée à la date du 17 mars.

Concernant les agents à temps partiel, ils ne doivent pas perdre d’heures, la pose de JNC doit se faire en bonne intelligence et ne pas être imposée de façon unilatérale.

Il souhaite concentrer la LCF sur les vecteurs camions/camionnettes, avec une recherche plus sensible sur les possibles "marchés noirs" des marchandises liées aux équipements de protections indispensables à la lutte contre la pandémie du covid19.

Il ne varie pas sur la doctrine d’utilisation des masques mis à disposition des agents dans le contrôle de ces moyens de transports : uniquement lors de la visite des cabines/habitacles, uniquement par l’agent qui effectue ce contrôle.

Il en va autrement, lors des actions de contrôle chez les expressistes et fret postal, où selon lui, le port du masque n’est pas utile...

Nous rappelons qu’un agent dispose toujours du droit de retrait s’il considère qu’un contrôle nécessite des équipements de protection dont il ne dispose pas et qu’il est placé dans une situation de danger grave et imminent.

Suite à une réunion, ce matin avec la Préfète de région, en présence, notamment des services de Police et de Gendarmerie, il a été rappelé que l’usage des masques n’est permis qu’en cas de contact étroit, rapproché et soutenu avec un usager.

Le contrôle des bus est toujours interdit (problématique de confinement de l’espace).

Les PPF restent, actuellement, ouverts ; mais le trafic est quasi nul.

Suite à la livraison de 20 tonnes de gel hydroalcoolique sur le secteur de Bordeaux (Ephad, pharmacies,...) grâce à l’action de la douane, le DI nous précise qu’il y a en stock, actuellement, 40 litres à Poitiers et Bordeaux, et 60 litres à Bayonne.

Concernant le fonctionnement des services OP-CO/AG, le DI nous a rappelé le présentiel actuel dans les services en précisant que partout où le déplacement des usagers était faible, il fallait ajuster la présence des agents, en augmentant la possibilité du télétravail.

A ce sujet, il a rappelé que les agents en situation de télétravail, devaient se situer dans le créneau d’ouverture de leurs services respectifs ; qu’ils devaient éviter d’utiliser leurs téléphones personnels et, de façon exceptionnelle, s’ils devaient le faire, cela ne se pourrait qu’en numéro masqué.

Concernant les agents placés en autorisation d’absence dont les jours de RTT seraient impactés par ce dispositif (à ce jour, une estimation de 2/12 sur le volume annuel) rien n’est prévu pour l’instant, nous faisons remonter la question pour que cette perte soit compensée.

Pas de changement de gestion concernant les périodes de congés des agents Paris-spécial.

Enfin, au sujet des congés, ceux qui étaient en cours devraient aller à leur terme ; par contre pour ceux qui étaient prévus de débuter dans les jours et les semaines qui viennent, rien n’interdit aux agents de les annuler !


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.