logo-impression
  • Posté le 25 novembre 2019 / 51 visites

Comité technique de Nouvelle Aquitaine

Vous trouverez ci-joint, la déclaration préalable CGT lue en ouverture du CTSD Nouvelle Aquitaine par les élus de la CGT Douanes.
Nous avons joint également le compte-rendu de cette instance.
Bonne lecture

Monsieur le Président,

Les Finances sont la cible du gouvernement avec l’adoption fin juillet de la réforme
de la fonction publique. Cette loi contourne le statut, réduit les possibilités de défense des agents, encourage et accentue la précarité avec des contrats à durée déterminée Non-renouvelables, met en place différents outils dits « de ressources humaines » comme la rupture conventionnelle ou le détachement d’office…

C’est dans ce contexte que le gouvernement applique la stratégie annoncée par Action Publique 2022 : s’attaquer aux missions pour mieux démanteler les services publics.

La réponse à cette politique est la forte mobilisation du 16 septembre 2019 et du
14 novembre derniers aux finances publiques contre le plan Darmanin de « géographie revisitée » qui signifie éloignement des services de la population, abandon ou transfert de missions, déplacement de collègues. La mobilisation est présente dans toutes les directions de Bercy avec le combat menée à l’INSEE
contre la remise en cause des règlements intérieurs qui modifie l’organisation
du travail ou les interrogations concernant l’avenir des missions de notre administration avec le transfert du recouvrement de la DGDDI à DGFIP.

Bien d’autres services publics crient leur mal être et inquiétude, le secteur de la
santé, les urgences en particulier, les transports avec la SNCF et la RATP,
l’éducation, l’énergie.

La journée du 5 décembre où les services publics et le secteur privé se mobiliseront
contre le projet de réforme des retraites, la revalorisation des salaires, la défense
des services publics dans leur ensemble sera n’en doutons pas le préambule
d’une convergence des luttes pour une société plus équitable où le citoyen
sera enfin écouté et entendu.

En tant qu’administration d’État, la Douane doit répondre aux enjeux environnementaux grâce à une politique fiscale et de contrôle ambitieuse. Elle a un rôle majeur dans la protection de notre économie pour renforcer la loyauté des
échanges et la protection des consommateurs

Ces missions régaliennes indispensables au bon fonctionnement de l’État et à
l’égalité des citoyens sont remises en causes par des baisses de moyens matériels
et humains, par les réorganisations des services et par l’objectif même assigné
aux contrôles.

L’administration des douanes est dans cette tourmente : baisses des effectifs en
OP/CO-CI, fermetures de services tout en continuant à effectuer ces missions
dont celle de contrôles. Faire toujours plus avec moins de moyens ! Les agents
n’en peuvent plus, ils doivent mettre en œuvre des réglementations et procédures
diverses : garantie fiscale, loi ESSOC, droit à l’erreur, qui sont loin de
simplifier la tâche, au contraire, toutes ces nouveautés aboutissent à une complexification des procédures, à un alourdissement des tâches matérielles.

Les personnels doivent constamment faire un fort d’investissement dans tous les domaines.

Moins nombreux pour effectuer leur tâche, le malaise des agents s’amplifie…
et l’administration ferme les yeux et se bouche les oreilles…et que dire de la nébuleuse du Brexit !

Aujourd’hui vous nous réunissez pour nous présenter le bilan social 2018, le bilan
hygiène et sécurité 2018 et du PAP 2019. Nous n’avons guère d’illusions,
comme chaque année, vous nous direz que tout va bien.

Mais nous, représentants des personnels, sommes dans les services au quotidien
et constatons le désarroi des collègues face à des situations de services dégradées.

Nous demandons, en urgence, des moyens humains pour accueillir et informer
usagers et sociétés, gérer correctement les dossiers, mieux contrôler, assurer toutes les missions afin de lutter contre la fraude économique, fiscale et sociale, les trafics illicites sous toutes ces formes.

Nous exigeons de connaître précisément le nombre d’emplois supprimés suite
aux transferts d’activités annoncés de la DGDDI vers la DGFIP pour le périmètre
de notre interrégion non pas pour donner aux agents le statut de victimes
mais bien pour les mobiliser pour la défense de leur poste et de leurs missions.

Nous nous opposons à toutes fermetures de service qui impactent directement
le service public, les agents créant inquiétude, mal-être et souffrance car aucune certitude sur le reclassement.

Aussi, lors de la journée de mobilisation du 5 décembre prochain, nous serons
dans la rue, afin de défendre nos emplois et les services publics.

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.