logo-impression
  • Posté le 5 février 2016 / 128 visites

Les Lémans Perturbateurs...

GRAND-MESSE ET PETITES ANNONCES

Après deux réunions infructueuses et inutiles à la DR et à la DI (relatives aux conséquences de l’état d’urgence sur l‘organisation des services et sur nos missions) nous avons été conviés à la grand-messe ministérielle du 22 janvier.

Face à un dialogue social au point mort dans notre administration, notre attente était donc importante et nous espérions de M. ECKERT un discours novateur et des échanges fructueux. Nous avions en chair et en os le représentant d’un gouvernement de « gauche ». Son déplacement dans la direction du Léman, au plus près des unités ne devait rien au hasard et surtout ne pas se limiter à une action symbolique ou une simple opération de communication, mais correspondre à des annonces fortes et avec un minimum de contenu social remettant en cause les politiques d’austérité et l’application de thèses économiques néo-libérales.

Ont donc été conviés à cette réunion qui a eu lieu sous les ors de la République à la sous-préfecture de Saint-Julien en Genevois, l’ensemble des organisations syndicales et environ 80 agents représentatifs des unités et des services de la DR. Bien évidemment, la présence remarquée d’un fort contingent de cadres et cadres supérieurs représentait mal la réalité de la population douanière. Mais passons, il faut bien laisser les gueux de la base qui font exister notre administration trimer sur le terrain et remplir les objectifs, pour que les chefs n’aient pas à rougir du travail des agents et pouvoir suivre sereinement leur déroulement de carrière. Chacun dans son rôle.

Hélas, mais sans grande surprise, cette réunion s’est soldée par un discours officiel convenu que les invités ont été priés d’écouter sagement. Pour le reste tout a été fait
pour que M. ECKERT, Secrétaire d’Etat du Budget, esquive les questions des organisations syndicales en répondant par un discours global (habilement dispensé car préalablement étudié) au cours duquel notre ministre a dédouané l’action du gouvernement.

Voilà pour la forme, intéressons nous maintenant au fond. Là encore, aucune surprise. L’annonce tambour battant depuis des semaines, de la création de 1000 emplois (en théorie) dont 38 sur la DI de Lyon a été réitérée, mais quid de l’application du PSD notamment pour les opérations commerciales dont beaucoup de
petites structures sont menacées à terme de disparition.

500 créations SURV = 500 suppressions OP-CO ?

Pas de miracle non plus pour l’augmentation budgétaire annoncée. Elle correspond aux 8 % prévisionnels que la Douane doit rendre au Budget de l’Etat. Dans les faits, on ne touche que ce l’on doit avoir et rien de plus... Merci quand même pour ce grand élan de générosité.

Pour les réformes à venir, aucun dirigeant n’a, à ce jour, fait preuve d’un minimum de début de franchise pour annoncer clairement ce qui sera entrepris au niveau national ni
à quelle échéance. Faut-il comprendre que le démantèlement, entrepris de longue date par les précédents gouvernements, mais pleinement poursuivi par nos dirigeants
actuels, est une décision INAVOUABLE - surtout dans un contexte d’état d’urgence - et sur lequel il convient de communiquer avec des propos alambiqués et cultiver l’opacité ?

Il n’y a pourtant aucune illusion à se faire. La casse de l’outil douanier continue avec son lot de suppressions de services à venir et de régressions sociales. Néanmoins,
Messieurs les politiques, soyez convaincus que vous continuerez à nous entendre, tout simplement parce que notre engagement, sous toutes ses formes et à chaque rendez-vous auprès de notre administration est réel et profond (n’étant pas lié à une législature ou à un mandat ministériel) et que notre opposition franche à votre PSD est un devoir que nous nous faisons.

Brèves collatérales :

Pendant qu’on entrait dans la sous-préfecture comme dans un moulin, Annemasse était en état de siège pour la venue de Bernard Cazeneuve... Nos collègues de la B.S.I., en service et en application d’un ordre de service ont été aimablement priés par les services des forces de l’ordre présents à l’aéroport d’aller voir ailleurs ! Notre autorité est régulièrement remise en cause par les usagers, elle l’est aussi par les forces de police et de gendarmerie. Soyons rassurés, notre hiérarchie ne va pas laisser passer ça !

Plus grave encore : à l’occasion du discours du ministre, les chefs de postes de Gex et Annemasse ont appris officiellement la suppression à venir de leur service. On ne peut que noter l’élégance, le raffinement, le tact et surtout une fibre sociale à toute épreuve de la part de notre ministre (de gauche). Chefs de services, méfiez-vous à l’avenir lorsque vous serez invités à une cérémonie officielle

Ce type de méthode pourrait peut-être faire sourire à l’occasion d’une bonne comédie
utilisant un humour décalé, destiné à parodier les pires errements utilisées en matière de relation sociales. Ici hélas, la réalité rejoint la fiction.

Quelles pourraient être les prochaines procédures managériales pour annoncer les
prochaines fermetures de services ? Un simple mel ? Un article dans la presse locale ?

Un déménagement des locaux en l’absence des agents ? Le pire est toujours possible. Nous contestons fortement ce type de démarche qui démontre la faible considération de nos politiques et de notre hiérarchie à l’encontre de leur base, mais est-ce vraiment une surprise ? Nous croyons que chaque douanier mérite le respect pour son dévouement quotidien (parfois trop chèrement payé) ; respect pour le moins bafoué par nos politiques et notre haute hiérarchie. Le dialogue social inexistant en est une fois encore la meilleure illustration.


pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.