logo-impression
  • Posté le 12 avril 2021 / 28 visites

Auvergne - CHSCT du 11 mars

Voici la déclaration liminaire du CHSCT du 11 mars qui s’est tenu en Auvergne.

Monsieur le Président,

Il y a quasiment un an jour pour jour, vous nous présentiez un premier point d’information sur le coronavirus. Depuis, face à cette crise interminable, notre gouvernement a adopté plusieurs stratégies et aujourd’hui il nous demande d’apprendre à vivre avec le virus.

Nous constatons que la situation sanitaire se détériore de jour en jour. À titre d’exemple, alors que les agents ont scrupuleusement respecté les gestes barrières, la direction régionale des douanes a connu un cluster en janvier avec 7 agents positifs, auxquels il faut ajouter les proches qui ont été contaminés.

Nous remercions les médecins du travail et l’équipe de médecine de prévention pour le soutien apporté aussi bien aux agents qu’aux services de ressources humaines dans la gestion de cette crise.
Ces personnes vont selon toute vraisemblance être mobilisées pour la mise en place
d’une campagne de vaccination en milieu professionnel.

Monsieur le Président, pouvez-vous nous apporter des précisions quant à la vaccination des agents publics ? Aura-t-elle lieu rapidement alors que la campagne se déploie lentement ? Aura-t-elle lieu sur plusieurs sites au plus près des agents ? Le nom du vaccin choisi sera-t-il communiqué ? Comment seront déterminées les agents
prioritaires ?
Pour la CGT, il est nécessaire de vacciner sur site tous les agents volontaires
et en priorité les agents les plus exposés.

Au stress causé par la situation sanitaire, notre ministère ajoute encore du stress en
poursuivant la mise en oeuvre de réformes :
- à la douane, les agents de la direction régionale sont toujours dans l’attente de connaître leur sort : la DR est-elle fermée ? Est-elle maintenue ? Est-elle renforcée ? Va t-on vers la création d’une DR hybride, unique en son genre ? Autant de questions sans réponse officielle à ce jour qui entretiennent un climat anxiogène depuis de trop nombreux mois et auxquelles se greffent les interrogations liées au transfert de la quasi-totalité des missions fiscales de la douane à la DGFIP à l’horizon 2024. Et n’oublions pas les douaniers auvergnats qui souffrent encore des conséquences de la mise en oeuvre du Projet Stratégique Douane.
- à la DDFiP, quel est le ressenti des agents impactés par la mise en place du nouveau réseau de proximité ? Dans le rapport annuel 2019 de la médecine de prévention, il est indiqué que l’annonce de ce projet a été source d’une forte inquiétude pour certains agents. Si le CHSCT n’est plus consulté sur les projets de réorganisation de service – ce que nous déplorons à la CGT – il nous semble légitime de discuter des conditions de travail actuelles de ces agents et de soumettre le cas échéant des propositions d’actions avec les crédits alloués à notre comité.
- à l’ENFiP, le personnel s’interroge : à quel moment les stagiaires vont-ils pouvoir
reprendre leur scolarité en présentiel ? Les formations des agents recrutés dans le cadre du PACTE et les agents de catégorie C doivent débuter leur formation en avril et en mai prochains, qu’en sera-t-il ? A l’exception des mois de septembre et octobre où des cours ont pu avoir lieu en présentiel, cela fait un an que les cours sont assurés en distanciel.
Les chargés d’enseignement constatent une surcharge de travail, un mode de travail
dégradé, un sentiment d’isolement. Ils se préoccupent du ressenti de leurs stagiaires,
mais qui se préoccupent de leur propre ressenti ?
De leur côté, les agents de l’INSEE apprécient que des réunions d’équipe soient
organisées régulièrement et que leur hiérarchie de proximité prenne de leurs nouvelles.
S’il n’y a pas de difficulté particulière à l’INSEE concernant l’organisation du travail
pendant cette crise sanitaire cela est dû autant à la bonne volonté des agents et à leur capacité à s’organiser qu’aux consignes données par la direction ; peut-être qu’il serait possible de s’en inspirer dans d’autres administrations afin d’améliorer la situation.

D’une manière générale, les représentants du personnel CGT notent que les agents de nos administrations font preuve d’une grande conscience professionnelle alors que les conditions de travail à distance ne sont pas toujours aisées. Si le télétravail ou travail à distance doit être privilégié dans le contexte actuel, nous rappelons qu’il doit se faire sur la base du volontariat et ne doit en aucun cas conduire à un sentiment d’isolement de l’agent. Par ailleurs, les conditions matérielles, telles qu’un équipement informatique complet (double écran, souris, casque audio...), un fauteuil de bureau, etc, doivent être réunies et fournies afin que les conditions de travail au domicile se rapprochent au maximum de celles attendues de tous dans nos bureaux.
Notre instance doit être attentive aux conditions de travail des agents, notamment aux ambiances thermiques. À ce titre, notre comité a déjà financé plusieurs actions pour améliorer le confort des agents, par exemple en période estivale. Les représentants du personnel CGT approuve la démarche de rénovation thermique des locaux de l’INSEE.

Pour terminer, les représentants du personnel CGT regrettent que la mise à disposition des documents préparatoires fournis en rapport avec l’ordre du jour pour cette réunion soit inégale d’une direction à l’autre et d’un point à l’autre, et se fasse parfois dans un délai particulièrement contraint.

Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.