logo-impression
  • Posté le 8 avril 2020 / 106 visites

Besoin de rétablir quelques vérités en Auvergne Rhône Alpes

Les sections CGT de la DI Auvergne/Rhône/alpes, suite au message angélique de leur directeur interrégional sur la situation, ont souhaité rétablir quelques vérités.

"Tout va très bien, madame la marquise", voilà qui résume la lettre du directeur interrégional par intérim aux agent.e.s du 7 avril 2020.

Entre autosatisfaction patronale dans la gestion de la crise sanitaire et mobilisation des troupes en caressant les agents dans le sens du poil, voilà un bel exemple de réécriture de l’histoire pour une direction interrégionale qui a démarré avec un nombre record d’agent.e.s en présentiel (377 le 18 mars, un nombre parmi les plus élevés de malades, au moins 44 selon notre décompte mais certainement plus, et un nombre parmi les plus élevés en quatorzaine, dès le début et encore aujourd’hui)
Pas de quoi pavoiser, mais sur l’opacité globale des communications chiffrées, nous reviendrons un autre jour.

Au moins, en matière de sécurité des agents au travail, tout va bien !

Tout va très bien pour les moyens de protection !
Concernant les masques, le chef du pôle moyens de la direction interrégionale a confirmé le 7 avril que les masques alloués aux agents ne seront désormais que des masques chirurgicaux. La douane n’a en effet plus la possibilité de commander des FFP2.
Plus clairement les agent.e.s n’auront pas la possibilité de contaminer le public mais ils ne seront pas protégé.e.s.
Sur les masques chirurgicaux et le degré de protection qu’ils apportent, un praticien hospitalier confiait à un confrère ce qu’il avait ressenti à l’égard du gouvernement quand il avait constaté que les masques qui étaient attribués à son établissement étaient des masques chirurgicaux et non des masques FFP2 : "de la haine". Voilà un bon résumé de leur efficacité en matière de protection de celui ou celle qui le porte.
Pas de FFP2, tant pis, les douanier.e.s iront au contact avec des masques chirurgicaux qui ne les protègent pas !

Tout va très bien à la recette interrégionale !
Après avoir battu tous les records en terme de présentiel, la recette interrégionale connait le cas d’un collègue potentiellement contaminé.
Deux étages ont été désinfectés le mardi 7 avril, mais les agents ont donc travaillé depuis le vendredi dans un milieu qui pouvait être contaminé.
Mais surtout, pourquoi seulement trois agent.e.s ont été placé.e.s en quatorzaine et sur quels critères limitatifs ?
Pourquoi tous les agents qui ont pu être en contact avec le collègue potentiellement contaminé ne sont ils pas tous placés en quatorzaine ?

Tout va très bien pour les contrôles du fret postal à Chamonix !
Les contrôles du fret postal peuvent être potentiellement réalisés sur 3 sites par la brigade de Chamonix et le chef d’unité s’est fendue d’une note d’organisation.
Pour un des sites, à Marignier, il est écrit : "Le contrôle se fera avec port du masque obligatoire, les distances de sécurité ne pouvant être respectées de par la configuration de la chaîne et du process de travail."
Alors que les autorités sanitaires ne cessent de répéter que le port du masque ne saurait dispenser des gestes barrières et notamment des distances de sécurité, les douaniers de Chamonix en seraient dispensés sur ce site ; les contrôles ne peuvent être réalisés en sécurité, ils ne doivent pas l’être, point final !

Tout va très bien au bureau de Grenoble !
Le chef du bureau s’adresse aux agent.e.s en début de semaine, ce qui est plutôt sympa, mais le contenu interpelle ! Simple maladresse dans un service où les bonnes mesures ont été prises très rapidement en matière de télétravail et de limitation du présentiel ?
"Voici 3 semaines que nous sommes en confinement. On commence à évoquer le déconfinement, en plus il fait beau, ça incite à se déconfiner tout seul !"
En une phrase, tout ce qui va à l’encontre des préconisations des autorités sanitaires est énoncé : le déconfinement n’est pas à l’ordre du jour, le gouvernement ne cesse de le répéter, et il est fondamental de tenir collectivement alors qu’il semble commencer à porter ses fruits, et surtout pas de se déconfiner tout seul, beau temps ou pas !

Voilà, ce ne sont que quelques exemples qui montrent que nous avons tout intérêt à nous préoccuper avec attention de notre santé, qui ne peut être défendue par des patrons soigneusement confinés, avec certains ayant leur bureau à proximité immédiate de leur logement de fonction, et commandant ainsi à la jumelle les agents de terrain au contact du risque réel avec des matériels de protection inadaptés.

Les militants du SNAD-CGT

PS1 : Vous avez des exemples de dérives à dénoncer, des attitudes qui vous interrogent, faites en nous part, nous les porterons à la connaissance de toutes et tous.
Nous parions même que cette simple phrase va en calmer certain.e.s !

PS2 : Attention, le coronavirus, un virus dont les chercheurs eux-mêmes disent qu’ils en savent encore très peu à ce stade, ne sait pas lire les courriers lénifiants de la hiérarchie douanière, et nous sommes, selon le ministre de la santé, en phase montante de la pandémie.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.