logo-impression
  • Posté le 9 février 2021 / 55 visites

Compte rendu de l’audioconférence COVID du 28 janvier

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu de la visioconférence Covid qui s’est déroulée ce matin à la DI Île de France, ainsi que le communiqué annonçant le boycott en intersyndicale du Comité technique qui devait avoir lieu cet après midi.

Point de situation
Du 27 janvier au 4 février :
Sur 1192 agents dans les services, 667 étaient présents.
422 agents ont télétravaillé au moins un jour.
136 ont télétravaillé 2 jours.
93 ont télétravaillé 3 jours
68 ont télétravaillé 4 jours
50 ont télétravaillé 5 jours
Sur cette même période 3 personnes ont été placées à l’isolement.
Depuis octobre 61 collègues ont été touchés par le COVID.
Aujourd’hui, il reste 3 agents malades, et 12 agents en isolement (DRPO, BSITM, DI).

RH4 a diffusé une nouvelle instruction : la jauge d’agents n’a pas évolué et reste limitée à six agents par réunion. La règle reste de tenir les réunions en distanciel.

Le nombre de déclarations a évolué à la hausse en raison du Brexit.

Le DI a rappelé le dispositif pour la BSITM sur la période de la crise sanitaire. Les équipes vont être redéployées sur le département Parisien. Depuis ce matin, les agents dont les vestiaires avaient été déplacés commencent à revenir dans les locaux de la brigade.
Entre 40 et 50 agents seront présents par jour. Leur activité ne portera pas sur le flux traditionnel de la BSITM, mais sur les contrôles à quai, en gare (toutes gares), dans les établissements commerciaux dans le cadre du 63 ter, contrôles en commun avec les autres brigades ou contrôles conjoints avec des structures extérieures. Une partie des effectifs, volontaires, pourra être déployée en renfort à la BSM dans le cadre du plan vigipirate ; ces agents seront mis à disposition de la BSM dans MATTHIEU. Le régime indemnitaire des agents de la BSITM ne changera pas.
En semaine, les agents disposent de possibilités de restauration dans les restaurants administratifs. Dans le cadre des contrôles conjoints, s’il est impossible de se restaurer dans les établissements administratifs ou en bénéficiant de tickets restaurants, il sera possible de faire des notes frais.

Le SNAD-CGT a demandé si des instructions ont été communiquées aux services pour les contrôles aux frontières. Il nous reste en effet des frontières intérieures avec la Belgique et les Pays Bas à la Gare du Nord par exemple, ou des aéroports secondaires qui correspondent à des PPF.
D’après le DI, le trafic est très réduit sur les frontières tierces (Royaume Uni). Il n’y a qu’à Issy Les Moulineaux que la DGDDI est chargée de ces contrôles. Ailleurs, c’est la PAF qui est chargée de vérifier les prescriptions sanitaires.
Sur le vecteur ferroviaire, les autorités ferroviaires ont décidé que la douane ne serait pas chargée de ces contrôles, mais le SNPF (Service National de Police Ferroviaire - ministère de l’Intérieur).

Le stock de masques en réserve est encore suffisant (FFP2, tissu...), il n’y a pas de risque de rupture d’approvisionnement, ni pour les masques ni pour les EPI.

La DI commandera des ordinateurs portables (plusieurs centaines), pour renouveller le parc existant et étendre encore le télétravail.
Un grand nombre de formations sur le télétravail ont été proposées. Une démarche est en cours auprès des chefs de service pour évaluer les difficultés rencontrées avec l’aide de la psychologue du travail.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.