logo-impression
  • Posté le 6 avril 2021 / 41 visites

Audioconférence COVID Ile de France

Pour information, un souci purement technique nous a empêché de participer activement à la réunion, nous avons seulement pu prendre note des informations données par le directeur.

Point de situation

Au 1er avril 2021
1163 agents sont recensés aujourd’hui sur la DI.
427 agents ont télétravaillé au moins un jour, principalemnet en opco-ag.

Sept nouveaux malades (BSM, RI, DI, DRPO et BSI Gennevilliers) sont recensés depuis le 26 mars. 15 agents sont malades à ce jour. Un total de 79 agents ont été malades depuis fin octobre. La DI est en train de subir pleinement une augmentaiton du nombre de cas, malgré les efforts de sensibilisation. La DI insiste toujours sur le déploiement du télétravail.

Situation sanitaire

La DI dispose de près de 600000 masques chirurgicaux, de masques en tissu en grandes quantités, de 1780 masques FFP2. La dernière dotation devrait suffire à couvrir les besoins pour la DI jusqu’au dernier semestre 2021.

La DI a obtenu 573 ordinateurs portables supplémentaires. La DG est prête à les mettre à niveau en vue de leur déploiement prochain.

La DI avait saisi la DG sur la situation de la BSM. Les agents de catégorie B de la BSM peuvent percevoir l’ASF, au même titre que les agents de catégorie C. Des auditions pour des recrutements de catégorie B sont en cours. A terme, le DI aimerait amener le nombre de contrôleurs à la BSM à 10 ou 15 agents.

La lettre des agents du SGC est parvenue au DI. Le service connaît un fort turnover, avec quelques agents pérennisés. Comme il ne dépend pas de la DG, les agents ne bénéficient pas du régime indemnitaire de la DG, malgré sa localisation dans les locaux de la DG. Le DI ne nie pas le problème de sous-effectif dans le service.
Quatre emplois de catégorie A ont été transformés en postes de catégorie B pour approvisionner le service en effectifs réels.
Pour le DI, le SGC n’est pas un service de l’administration centrale, c’est un bureau de douane national, opérationnel, qui doit donc être dirigé par un service déconcentré – donc à la DI francilienne. En termes de résultats, le DI semble se satisfaire du fonctionnement de ce service par rapport à sa mise en place lors du PSD.
Le SNAD-CGT signale que le recours aux nombreux agents paris spécial de manière pérenne depuis plusieurs années pose un véritable problème pour l’organisation du service. Le DI nous parle souvent de l’attractivité des agents en Île-de-France et nous aimerions voir plus d’avancées dans ce domaine. A ce jour, le DI cherche des solutions en termes d’effectifs, mais pas encore de bien-être des agents. Que le fonctionnement du service corresponde à ce qui était prévu par le PSD n’est pas une surprise, mais cela pose à nouveau la question du bien-fondé de toutes les décisions du PSD qui amènent systématiquement à des destructions d’emplois, de structures et de missions. Le SNAD-CGT était contre ce plan à l’époque et la réalité a prouvé que nous avions eu raison.

Les services du PLI sont intervenus pour la porte de la Garantie, problème signalé par le SNAD-CGT depuis de nombreux mois. Une ventouse a été posée et la porte devrait fonctionner normalement désormais. Il semble que toute la structure des portes soit à remplacer à terme. Cette porte est une sortie de secours et des dispositions spécifiques concernent cette ouverture.
Les filtres des hottes aspirantes sont en cours.

Sur la BSITM, le PLI nous a indiqué que les travaux, notamment dans les vestiaires, ne sont pas terminés. La SNCF a suspendu à nouveau le chantier pour un problème de détecteurs incendie.
Le SNAD-CGT avait communiqué au DI une liste de menus problèmes qui nécessitent d’être résolus. Nous espérons que le PLI sera rapidement en mesure de régler ces soucis.

Le médecin de prévention estime que la vaccination est une donnée confidentielle. Les chefs de service ne sont pas supposés savoir qu’un agent a été vacciné mais doit donner une autorisation d’absence pour permettre à l’agent d’être vacciné.
Objectivement, cette mesure semble étrange pour le SNAD-CGT, puisque le chef de service sera évidemment au courant de la vaccination d’un agent qui aura demandé une autorisation d’absence pour se faire vacciner.

Autorisations d’absences et congés suite aux annonces du président de la République

le DI a rappelé les règles sur le système d’ASA pour gardes d’enfants qui concerne avant tout les agents qui ont des missions non télétravaillables uniquement. Quelques agents qui sont dans l’impossibilité de faire garder leurs enfants (crèches, écoles, famille indisponibles) auront la possibilité de disposer d’ASA, même si leurs tâches sont télétravaillables.
Il convient pour cela d’envoyer une demande au chef de service.
Le DI a proposé de faire preuve de souplesse dans l’utilisation des textes et compte régler les situations problématiques au cas par cas. Les agents sont invités à détailler leur situation auprès de leur chef de service afin de régler au mieux les cas difficiles.

La DI n’a pas pu nous indiquer si les ASA mèneront à des suppressions de congés comme l’année dernière. On nous indique qu’en cas de besoin les agents peuvent prendre des congés annuels. Cette solution ne convient pas au SNAD-CGT qui estime que les agents ne disposent pas d’assez de jours de congés pour garder leurs enfants sur la totalité des périodes de vacances scolaires. Nous rappelons d’ailleurs que le télétravail n’est pas un mode de garde.
Nous devons attendre des réponses qui pourraient nous parvenir demain lors de l’audioconférence nationale avec la Directrice générale.

La prochaine réunion aura lieu le 19 avril après midi, d’ici là, portez vous bien.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.