logo-impression
  • Posté le 2 avril 2015 / 175 visites

ENBD Suite du 1er Avril

Les journalistes ayant contacté l’Intersyndicale voici le contenu du Dossier de presse

Depuis 24 mois, un conflit existe au niveau des Douanes contre le Projet Stratégique Douanier (PSD)

Le 24 mars 2015, il y avait 1500 douaniers à Paris ( prés de 10 % de l’effectif) et entre 30 et 80 % de grévistes suivants les services, une mobilisation toujours aussi forte depuis plus de 24 mois.

Notre action sur l’ENBD s’inscrit dans la suite du mouvement national du 24 Mars dernier, car la fusion des écoles est une des mesures phares de ce PSD.

Ce jour, 1er avril est la dernière rentrée de l’ancienne école appelée École Nationale des Brigades de Douanes.

Cette école a formé durant 50 ans tous les douaniers portant un uniforme qu’ils soient terrestres, motocyclistes, marins.

Notre administration a voulu faire de La Rochelle l’école de tous les douaniers, en fusionnant avec l’école de ROUEN.

Son projet que nous avons accueilli avec enthousiasme n’a pas fait l’adhésion de ses personnels et ceci pour plusieurs raisons :

une remise en cause de la qualité de la formation des agents des douanes qui passe par une formation au rabais :

Former en mois de temps plus de stagiaires, avec un contenu identique, avec moins de personnel.

- Nous sommes actuellement les seuls à réduire notre temps de formation initiale pour les agents qui arrivent dans notre administration(surtout pour des agents ayant des pouvoirs de contrôle étendus)
catégorie B (fonction de chef d’équipe) de 6 mois de stage à 4 mois et demi
catégorie C de 4 mois de stage à 3 mois et demi.

- une mutualisation de la formation en méconnaissant les spécificités des différents métiers de notre administration : contrôle, applications informatiques, diversité des fonctions...
Donc une formation essentiellement théorique, à l’encontre de ce qui a été développé depuis de nombreuses années, dans cette école.

- un report de formation des agents sur les directions d’affectation des différents stagiaires, alors que l’on va supprimer 265 emplois par an sur 3 ans à la Douane (soit environ 8oo emplois), alors que notre effectif est d’environ 16 700 agents.

Et sans moyens budgétaires et effectifs supplémentaires pour ces directions.

Ce qui remet en cause la qualité de la formation apportée depuis 50 ans, qui a la particularité d’être reconnue même au niveau international.

Un recul social sans précédent pour une administration :

Travailler plus pour gagner, moins c’est possible à La Rochelle, même dans le public.

Les agents voulant rester à l’école perdront au moins 200 euros par mois, des jours de congés et devront travailler plus longtemps pour atteindre leurs droits à la retraite.
Même dans le secteur privé, on ne se permet pas de traiter les personnels de cette façon.
Et pourtant, l’encadrement de cette école persiste et signe en mentant, en menaçant, et en continuant son projet qui a déjà plusieurs mois de retard.
En effet, le personnel permanent vont devoir effectuer leur travail milieu des travaux, avec 3 chantiers majeurs sur le site et les stagiaires y apprendre et y vivre.
Certains bâtiments ont déjà au moins 10 mois de retard dans leur livraison.

Nous continuerons notre action et nous vous donnons rendez-vous au 1er octobre 2015, jour de la rentrée de cette nouvelle école, et vous pouvez nous croire nous serons encore présents dans l’action.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.