logo-impression
  • Posté le 26 octobre 2009 / 529 visites

Le Directeur Général se lâche et remet en cause les droits syndicaux.

En visite à la Direction de Marseille, le Directeur Général montre une fois de plus son mépris pour les personnels et leurs représentants.

Au mois de juin dernier, Monsieur Fournel, Directeur Général de la DGDDI, rencontrait les représentants de la Haute Magistrature à Marseille, pour la signature d’une convention Douane/Magistrature, sans daigner rencontrer les Douaniers et les organisations syndicales.

Le Directeur Général tient les engagements pris en juin (après tout de même quelques atermoiements) et se déplace le 21 octobre à Marseille pour visiter les services et rencontrer les agents.

Après une visite éclair dans les services, les agents réunis pour la circonstance font part de leur extrême mécontentement sur la gestion de l’EPA Masse.

Avant que ne débute la rencontre avec les représentants du personnel à la DI, le Directeur Général est accueilli une nouvelle fois par les agents qui lui manifestent leur ferme opposition aux suppressions d’emplois programmées. Des échanges vifs mais courtois s’engagent sur les résultats, les saisies, les indicateurs « meilleurs » selon le DG depuis que les Douaniers sont moins nombreux…

Qui peut le croire dans les services, y compris parmi la hiérarchie ?!

Puis, un agent de bonne foi pose la question du coût de l’organisation de CAP 2012.

Le Directeur Général perd alors son sang froid et répond :
« Je ne sais pas ; je ne connais pas le chiffre ; les chiffres ne m’intéressent pas… »

Pour un fonctionnaire qui a occupé et occupe des hautes fonctions financières et comptables, obnubilé par les objectifs chiffrés, les ETPT, les suppressions d’emplois et les indicateurs… C’est pour le moins ubuesque !

Et dans la foulée, oubliant toute retenue il ajoute : « je pourrais aussi compter ce que coûtent les ASA, les déplacements pour les groupes de travail… ».

Il revendique ainsi un profond mépris pour les représentants du personnel, pour la démocratie et le dialogue social !

Les agents ont donc été témoins.de ce que représente pour le Directeur Général des Douanes le dialogue social. Tout simplement un coût, comparable à la débauche de fonds publics utilisés pour convaincre les personnels, qui coûtent eux-mêmes trop chers et qui doivent accepter de voir leur nombre se réduire pour leur plus grand bien.

De tels propos outranciers sont sûrement de nature à réveiller les instincts les plus vindicatifs, ceux que la propagande CAP 2012 est censée endormir.

Communiqué du SNAD CGT sur la visite du DG à Marseille - 26/10/2009

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.