logo-impression
  • Posté le 10 mai 2016 / 321 visites

SNAD : un congrès qui commence bien

Du 9 au 13 mai, à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), environ 120 militants du syndicat CGT des douanes sont réunis afin de débattre et définir les orientations du syndicat pour les 4 prochaines années. Les délégués représentent 35 des 40 sections que compte le syndicat. Si la parité n’est pas atteinte, 40% de femmes et 60% d’hommes, il faut noter que l’administration douanière comporte environ 37,5% de femmes et 62,5% d’hommes.

Le Congrès a tout d’abord rendu hommage aux douaniers victimes des attentats perpétrés en 2015, mais aussi, aux syndiqués et militants disparus depuis le précédent congrès. Des militants de la section des Pyrénées-Orientales sont ensuite intervenus pour rappeler l’implication et le lourd tribut payé par les habitants de la région et des militants de la CGT dans la lutte pour la mise en place d’une république en Espagne au début des années 30 et pendant près de 40 ans pour mettre fin à la dictature franquiste.

Après ce moment intense, le rapport d’activité a été présenté rappelant les actions les plus emblématiques menées par le syndicat, tant au niveau national que local. Depuis fin 2012, la CGT se bat aux douanes pour empêcher la mise en place, par la Direction générale, du Plan stratégique douanier. Celui-ci n’a pour autre objectif que de supprimer des emplois et des services douaniers, primordiaux pour la sécurité des citoyens et des entreprises.

Les États généraux des douanes, organisés le 18 septembre 2013, furent également un moment fort de cette activité. Ils ont permis de remettre sur le devant de la scène nationale toute l’utilité d’un service public douanier d’intérêt social, économique et environnemental. S’en sont suivis de nombreuses initiatives publiques, conférences de presse, interpellations de parlementaires,... Ces derniers ont d’ailleurs été amenés à rédiger un rapport parlementaire sur les missions des douanes.

Le rapport d’activité n’a pas non plus fait l’impasse sur les attentats de 2015. Ceux-ci, au-delà du drame qu’ils représentent, ont percuté de plein fouet les missions douanières, en particulier celles dévolues à la branche de surveillance. Cette branche d’activité se retrouve également au cœur de l’afflux de réfugiés qui fuient les zones de guerre pour rejoindre l’Europe. Les militants s’interrogent d’ailleurs activement sur le rôle qui doit être celui des agents douaniers de surveillance dans ce contexte.

Bien d’autres sujets ont déjà été traités par les délégués notamment sur les risques psycho-sociaux de plus en plus fréquents dans une administration dont plus de 6000 emplois ont été supprimés en 20 ans. Le rôle et la place des CHSCT et la manière dont la CGT s’en empare sont aussi au cœur des préoccupations militantes avec le souhait de mener des actions coordonnées sur l’ensemble du territoire.

Avec un vote à l’unanimité, les congressistes ont montré toute la confiance qu’ils ont dans le travail effectué par l’équipe de direction sortante. Mais plus encore, ils ont montré toute leur détermination et l’unité dont fait preuve le syndicat pour se battre dans l’intérêt des agents et des missions qu’ils exercent. Cette première journée de congrès est de bon augure pour la suite. Après l’étude des amendements proposés par les militants et syndiqués sur le projet de document d’orientation, les débats se poursuivront demain, notamment dans le cadre d’une table ronde internationale autour de la question du protectionnisme économique.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.