logo-impression
  • Posté le 6 octobre 2021 / 84 visites

100 de luttes en douane (exposition)

Ce n’est pas tous les jours que l’on fête ses 100 ans, et même 101 ans ! C’est pourtant bien l’âge du Syndicat national des agents des douanes CGT créé en mai 1920. À l’occasion du congrès du syndicat qui se tient du 4 au 8 octobre à Quiberon l’exposition du centenaire a été inaugurée devant plus de 80 délégués.

100 ans d’histoire représentent un sacré héritage. Durant toutes ces années, des dizaines de milliers de syndiqués se sont côtoyés. Ils se sont fédérés. Ils ont construit des revendications mais surtout se sont battus pour améliorer le quotidien des douaniers.

Issus des amicales de douaniers créées en 1902 (grâce à la loi sur les associations de 1901), les syndicats des agents du service actif et celui des services sédentaires furent fondés en 1919. Ils adhérèrent à la CGT en 1920. Au moment où le syndicat se créé, il est tout simplement dans l’illégalité car il est alors interdit de se syndiquer dans la Fonction publique.

Cette exposition montre au fil du temps l’engagement de la CGT auprès des douaniers et fait la part belle aux luttes et aux conquêtes.

On peut en retenir quelques éléments marquants parmi d’autres. Le premier se déroule à Marseille. Pour la première fois dans l’histoire de la Douane, le 12 février 1934, les douaniers déclenchent une grève générale avec à leurs côtés Jean Christofol, Secrétaire général du syndicat des douanes de Marseille. La répression s’abat, il est révoqué. L’entrée de la caserne lui est interdite. Ses camarades le maintiennent pourtant à la tête du syndicat et déménagent celui-ci à la bourse du travail de Marseille. Jean Christofol engage ensuite une carrière politique : responsable communiste, il deviendra député puis maire de Marseille avant de décéder en 1957.

Impossible de passer sous silence la période de 1939/45. Dans l’exposition figure par exemple un document signé de François Darlan, Vide-Président du Conseil à Vichy dans lequel il écrit : « Le Gouvernement est décidé à réprimer avec la plus grande énergie les marées communistes », demandant à la hiérarchie douanière locale de dénoncer les « rouges » qui pourraient poindre dans leurs brigades. C’est aussi avec beaucoup d’émotion que l’on peut voir le visage de nos camarades massacrés, fusillés ou déportés pour avoir défendu la liberté.

Pour finir, une mobilisation plus récente, le conflit de 1989. Avec les autres directions générales du ministère des Finances (Impôts, Trésor public...) le syndicat s’est engagé de toutes ses forces dans la bataille. De multiples grèves et manifestations sont organisées. Le bras de fer avec Bercy durera plusieurs mois. La lutte permettra en douanes d’obtenir le dégel des emplois, l’augmentation des postes aux concours ou encore l’augmentation des promotions. Plus largement, de nombreuses conquêtes verront le jour au niveau des salaires notamment ou encore de l’action sociale ministérielle. Ce conflit marquera aussi le début d’une nouvelle ère de communication avec l’utilisation du Minitel.

Ce que cette exposition nous apprend également, c’est que la lutte collective permet d’obtenir de réelles avancées sociales. Nous espérons à ce titre qu’elle donnera envie aux générations actuelles et futures de reprendre le flambeau de nos aïeux pour améliorer la vie des douaniers.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.

Partagez

Vos outils