logo-impression
  • Posté le 30 mars 2018 / 51 visites

Secret des affaires : pétition et amendements pour protéger la liberté d’expression et de la presse

Pétition à signer

Alors que le 27 mars a débuté à l’assemblée nationale l’examen de la proposition de loi sur le secret des affaires, 50 personnalités, dirigeants, dirigeantes d’ONG, de syndicats et 20 sociétés de journalistes ont lancé une pétition appelant les député.e.s à ne pas adopter en l’état cette directive. Parallèlement, plusieurs député.e.s ont déposé des amendements pour restreindre le champ d’application de la directive afin d’empêcher les poursuites de syndicalistes, lanceurs d’alerte, d’ONG ou de journalistes.

Le 27 mars a débute à l’assemblée nationale la loi sur le secret des affaires. Discrète et expresse, cette proposition de loi sera adoptée courant avril, sans aucun débat public, alors qu’Organisations Non Gouvernementales, syndicats, journalistes, citoyens et citoyennes ont à plusieurs reprises eu l’occasion de dénoncer le danger pour les libertés qu’elle représente.
En l’espèce, 50 personnalités, dirigeants et dirigeantes d’ONGs et de syndicats, ainsi que 20 sociétés de journalistes ont lancé une pétition appelant les député.e.s à ne pas adopter en l’état cette directive. Cette pétition a déjà recueilli plus de 143 000 signatures en une semaine !
Par ailleurs, plusieurs député.e.s ont déposé des amendements pour restreindre le champ d’application de la directives aux seuls acteurs économiques concurrentiels, afin d’empêcher les poursuites de syndicalistes, lanceurs et lanceuses d’alerte, d’ONGs ou de journalistes.

Pour garantir l’intérêt général, le respect de la liberté d’expression et de la presse, la CGT appelle solennellement les député.e.s à voter ces amendements. Ne laissons pas les multinationales et les banques d’affaires imposer la loi du silence !

signez la pétition en ligne :
http://stopsecretdaffaires.org

texte initialement publié sur le site de la confédération CGT


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.