logo-impression
  • Posté le 8 avril 2019 / 83 visites

Communiqué de l’intersyndicale nationale du 5 avril 2019

Communiqué à toutes les douanières et tous les douaniers

Depuis quelques jours, une information circule sur une possible nouvelle rencontre avec le Directeur général. Elle fait suite à notre demande du 29/03. A ce jour, nous n’avons eu aucune confirmation de cette réunion, ni de son contenu. Le ministère et le directeur général se complaisent dans la diffusion de messages officieux et contradictoires, dans ce qui ressemble à une stratégie à la petite semaine de confusion délibérée et de division.

C’est inadmissible et absolument méprisant vis à vis des douaniers et de leurs représentants.
Ni les syndicats de douaniers ni les agents en lutte ne tomberont dans ce piège grossier.

L’intersyndicale exige de la transparence et de la loyauté.

Le Ministre et le directeur général doivent au préalable nous adresser des propositions écrites et chiffrées, ce que l’intersyndicale réclame depuis le 12 mars, et le format de cette réunion.
C’est le sens du message que nous allons leur faire parvenir.

Une nouvelle réunion « fantôme », sans aucune avancée significative sur le volet indemnitaire, serait inacceptable. Elle aurait pour effet de cristalliser davantage la colère des agents.

D’ores et déjà, l’intersyndicale a fait savoir au DG qu’elle accepte de discuter sur la base d’une proposition juste et digne. Une fois de plus, la balle est dans le camp de nos dirigeants et le manque de volonté de bien vouloir la saisir est flagrant. Le ministre et le directeur général doivent cesser de camper sur une posture de principe de refus et parier sur le pourrissement de la situation.

Les douaniers attendent une sortie de conflit avec impatience, il n’y a plus de temps à perdre.

Loin de la campagne de désinformation orchestrée par le directeur général, la mobilisation se renforce et s’amplifie, toutes branches et catégories confondues. Contrairement aux mensonges colportés par voie de presse, les collègues des Hauts de France, en pointe dès le début du conflit, ne s’essoufflent pas : 200 d’entre eux, appliquant à la lettre les consignes hiérarchiques de ne plus exercer leur métier de douanier, ont rendu au directeur leurs sommiers contentieux.

A la gare du Nord, le trafic n’est pas redevenu « fluide » : des dizaines de trains vers Londres ont été annulés et le trafic passager a été divisé par quatre. Partout ailleurs, la mobilisation est dynamique et décidée. L’intersyndicale félicite les collègues en lutte, leur apporte son soutien inconditionnel et les encourage à persévérer. Elle dénonce avec vigueur les velléités répressives des actions entreprises par les collègues, voulues par un directeur général qui ne connaît plus que le langage de la menace pour dialoguer avec ses agents.

Plus que jamais les douaniers AG/CO comme SU , tous grades confondus, doivent restés mobilisés et déterminés à réussir et renforcer les actions à venir partout sur le territoire : c’est le seul moyen pour se faire entendre d’un ministre et d’un DG enfermés dans leurs principes et sourds à un dialogue social raisonnable.

Les secrétaires généraux CFDT – CFTC – CGT – SOLIDAIRES – UNSA – USD FO

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.