logo-impression
  • Posté le 12 juillet 2017 / 200 visites

Comité technique ministériel...tout ce qui n’est pas dit (et qui doit nous inquiéter)

Une première rencontre avec notre nouveau Ministre sans saveur et sans surprise, avec ce qui est dit...et surtout ce qui n’est pas dit...
Quel sera l’avenir de nos missions, nos effectifs, nos moyens, la politique santé au travail ou l’action sociale ? Tout est flou...sauf le dogme de la réduction de la dépense publique... A bon entendeur !

Ce jour s’est tenu le CTM présidé par le nouveau ministre Bruno Le Maire.

Après une première prise de parole générale, le ministre a répondu à la déclaration de le CGT (en pièce jointe).

Le ministre s’est déclaré ouvert au dialogue, la CGT aussi : chiche ! Mais pas à n’importe quelle condition. Pour se faire, nous exigeons qu’il y ait de véritables marges de négociations, car derrière les signes d’ouvertures, la volonté de baisser les moyens encore et toujours a été réaffirmée.
La nouveauté : cette baisse se ferait mission par mission et non plus de manière globale ! En clair, certaines de nos missions seront remises en cause.

Toutefois, le ministre a déclaré que sur certains points des progrès sont possibles :

La reconnaissance du Tripode en site amianté : le ministre a déclaré que cette question devait être traitée sans délais en fonction d’un nouveau rapport de l’IGAS.
La DGCCRF : des propositions seront faites à la fin du mois à l’occasion d’une rencontre avec les organisations syndicales le 25 juillet.
La compensation de l’augmentation de la CSG pour les fonctionnaires actifs et retraités est un point sur lequel la discussion sera ouverte,
Égalité femmes/ hommes : le ministre s’est déclaré particulièrement sensible à cette question et ouvert pour discuter sur nos propositions.
Médecine de prévention : de nouvelles pistes d’amélioration pour l’ensemble des services publics seront présentées à l’automne, selon le ministre, les enjeux de santé, sécurité et conditions de travail sont une priorité.
Politique d’action sociale : il nous a assuré que les besoins seraient mieux appréhendés.

Malheureusement, sur le fond, pour le ministre, la baisse des moyens humains et budgétaires est un dogme inaltérable, or, sans moyen, les discussions n’aboutiront jamais à une amélioration concrète de la situation des personnels des finances.

Les moyens existent, nous le savons, il nous faudra aller les chercher par les luttes collectives, comme la journée de mobilisation du 12 septembre prochain, à l’appel de la CGT

Article publié sur le site de la Fédération des Finances CGT

Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.