logo-impression
  • Posté le 12 juin 2007 / 1294 visites

GT du 11 juin 2007 "Evolution des carrières et du régime indemnitaire de l’encadrement"

Sur le fond de ce groupe de travail, il n’y a pas grand chose à dire : tout était dans le document préparatoire que vous trouverez en pièce-jointe.

En résumé, au fur et à mesure de l’éventuelle centralisation comptable, les primes comptables seraient "recyclées" sous trois formes :

1- une revalorisation globale du traitement des IR3 jusqu’aux DSD ;

2- la création d’une prime d’encadrement à 4 niveau (selon l’importance du service encadré) ;

3- le maintien de 20 "RP1 surindiciées" et la création de 23 postes d’IR1 à fortes primes au sein des recettes régionales.

Ce sujet avait déjà été évoqué il y a plus de deux ans dans le cadre de l’évolution de la carrière de la catégorie A. Les propositions de l’administration ont peu évolué depuis. Elle a simplement entamé un début de chiffrage qui n’a rien de définitif. Les aspects annexes étaient par contre plus intéressants.

- Pourquoi cette réunion ?

Il est apparu très rapidement que cette réunion n’avait en fait qu’un but : rassurer les cadres supérieurs qui voient s’évanouir la "carotte" des remises comptables en fin de carrière avec les perspectives de la centralisation comptable. Il n’est d’ailleurs pas sûr qu’elle y parvienne : d’après ses calculs, il faudra être en mesure de poursuivre sa carrière 10 à 15 ans pour que la rémunération globale d’un A+ soit la même dans la filière encadrement qui se dessine que dans la situation actuelle (du moins pour ceux qui accèdent réellement à une fonction comptable). L’administration crée ici une première qu’il faudra exploiter : une sorte de garantie des rémunérations futures !

La comparaison avec les adjoints comptables des recettes est cruelle : pour ces derniers, aucune enveloppe à redistribuer ! Ceux qui sont en place, bénéficieront à titre individuel de la garantie des rémunérations ; ceux qui prendront leur suite accompliront les mêmes tâches avec les mêmes responsabilités mais ne devraient plus, selon la DG, bénéficier des primes d’adjoint comptable...

Au delà de la différence de traitement inacceptable entre catégories d’agents, ces préoccupations ont leur légitimité. Par contre, le fait de les aborder sous le seul angle de la rémunération privait ce groupe de travail de son réel intérêt.

- Par le petit bout de la lorgnette

La DG a adopté un raisonnement étriqué : "Les cadres sup’ ne pourront plus toucher leur ’fromage’ comptable en fin de carrière si la centralisation comptable aboutit, comment leur redistribuer cette enveloppe ?"

Cette base de réflexion est fausse dès le départ : du fait du repyramidage permanent et des fermetures de bureaux, il n’y a déjà plus de poste comptable pour tous les A+ depuis longtemps ! Certains cadres supérieurs semblent d’ailleurs très soucieux que les nouvelles règles ne viennent pas partager le magot avec de nouveaux bénéficiaires...

- Rien sur la carrière ni les fonctions...

Contrairement à l’intitulé du groupe de travail, il n’était absolument pas question de l’évolution des carrières de l’encadrement. Au contraire : le Groupe de travail qui était prévu en juin sur "les fonctions des agents de catégorie A" a été repoussé au deuxième semestre.

Pourtant, si cette réforme aboutit, il s’agira d’un bouleversement des fonctions, de la gestion et du déroulement de la carrière de ces personnels. En effet, la fin des remises comptables entraînerait la fin du "contrat comptable" et de la mobilité forcée qui en découle. A l’inverse, les futurs "chefs de service" pourraient se voir imposer une stabilité minimum dans leur poste. L’âge des responsables de bureaux pourrait également évoluer à la baisse. Ces perspectives d’évolution nous semblent positives pour les services qui connaissaient une "valse" trop rapide de leur encadrement. Ces agents pourraient ainsi s’impliquer plus dans la gestion du bureau et des personnels.

La DG se met des œillères et refuse de tirer toutes les conséquences des évolutions qui s’annoncent : il s’agit pourtant d’une occasion importante de valoriser réellement les fonctions d’encadrement, cette logique doit donc également s’appliquer pour la surveillance et de façon équitable selon les fonctions, sans considération du grade.

Evolution des carrières et du RIG de l’encadrement

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.