logo-impression
  • Posté le 19 février 2021 / 104 visites

Nouvelle audio Covid à la DG !

L’audio du 12/02 ayant été annulée par la Directrice générale, une nouvelle audio s’est tenue ce jour dont vous trouverez ci-dessous le compte-rendu

Comme à son habitude, la CGT douanes a tenu quelques propos en ouverture à commencer par déplorer que l’audio ministérielle se tienne en même temps que la nôtre :

  • état des lieux des demandes de redéploiement des agents SU de la DIPA : la clôture des inscriptions étant faite et à quelques jours du GT local, où en sommes-nous ? Quel premier bilan à tirer de ces demandes ? Quelles conséquences pour les agents ? Y aura-t-il des mobilités contraintes ? Quel plan de déploiement ? Quelles incidences sur l’annonce officielle de la fermeture du 4 à Orly ? La CGT rappelle que c’est au travail de s’adapter à l’humain, et pas le contraire, et que cette règle est rappelée dans les guides de prévention des risques psychosociaux. Donc il faut trouver des solutions pour le respect des valeurs humaines, sociales et familiales. La DG est partie de ce principe en ajustant les affectations aux demandes des agents. Voir détail ci-dessous
  • état des lieux du télétravail : suite aux propos du Gouvernement, où en est-on de l’incitation à déployer davantage ce mode de travail ? quels sont les services où personne n’a bénéficié du télétravail ? Point développé plus bas
  • Mayotte : alors que la DG avait annoncé que tous les collègues avaient été testés (négatifs), les collègues nous ont confirmé que cette affirmation était fausse, créant ainsi un certain émoi. Qui a pris l’initiative d’une telle annonce ? Voir point Mayotte ci-dessous - La CGT a par ailleurs sollicité le ministère pour avoir des situations précises sur tous les territoires Outre-mer
  • état des lieux des écoles : des informations devaient nous être communiquées le 12 sur l’évolution envisagée des scolarités et du calendrier. Pourquoi ne pas nous avoir envoyé ces informations du fait de l’annulation de l’audio du 12 ? Voir ci-dessous
  • diffusion d’une note actualisée des mesures annoncées hier soir avec le passage à 10 jours pour l’isolement en cas de test positif et le maintien à 7 jours pour les cas contacts. Nous rappelons que si la période initiale de 14 jours n’avait pas été réduite de moitié, la propagation aurait peut-être été limitée... Le ministre a clarifié hier soir les possibilités de modifier les durées d’isolement en fonction des différents variants. La DG va décliner ces règles.

*** Redéploiement des agents SU de la DIPA

A ce jour, la DG a reçu 163 réponses à la demande de volontaires pour le redéploiement.
Le nombre de postes offerts à certains endroits va être augmenté car il s’agit de résidences plus sollicitées que d’autres (sachant que les résidences proposées dans le Grand Est, en Normandie ou en zone montagne ont eu moins de succès).
Tous les agents qui travaillent dans un terminal fermé se verront attribuer un poste dans leur liste de vœux. Il n’y aura pas de mobilité contrainte sur des résidences non sollicitées.

La DG a travaillé à ce redéploiement en fonction de critères de sélection, en trois étapes :
- D’abord, la priorité : les agents en terminal fermé, puis ceux en terminal ouvert, puis les agents déjà redéployés lors du premier mouvement qui ont demandé à changer d’affectation.
- Ensuite, le classement : les agents ont été classés en fonction de l’attribution de points définie dans les lignes directrices de gestion mobilité. La situation des agents au 31/12/20 a été prise en compte. Les agents ayant au moins trois ans d’ancienneté à Roissy ont reçu 50 points supplémentaires. Les agents ont été répartis, comme pour un tableau de mutation, en prenant en compte les choix individuels.
- Enfin, essai de donner le 1er choix.

La CGT se félicite que le questions-réponses que nous avions demandé a permis à beaucoup d’agents de se positionner et d’obtenir des informations qui leur manquaient pour faire un ou des vœux de redéploiement et ainsi permettre d’éviter toute mobilité contrainte. Notre méthode était la bonne. Tout comme nous avons bien fait de demander une semaine supplémentaire pour formuler les vœux, ce qui a permis de débloquer des situations.

La CGT note que c’est le choix des agents qui a guidé l’administration et non la proposition de résidences. C’est respectueux des agents.
Nous avons voulu nous assurer qu’aucune mobilité ne serait contrainte, ce qui est le cas.
Nous avons demandé si le redéploiement serait progressif ou si tous les agents partiraient à la même date. La DG a répondu que les agents seraient déployés au 01/04.
Le Terminal 4 d’Orly va fermer, nous avons demandé si cela aurait des conséquences sur le redéploiement. La DG répond que non.
Nous avons voulu savoir quelle serait la durée du redéploiement et si les agents auraient la possibilité de mettre fin à cette mission à tout moment. La DG répond que la mission serait de 3 mois renouvelable tous les mois.

La DG a annoncé qu’il n’y aurait qu’un seul tour de redéploiement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la liste des postes est élargie sur certaines résidences très demandées.
Les agents qui n’ont émis aucun vœu seront redéployés à Roissy sur des postes laissés vacants.
Seuls quelques agents des terminaux ouverts ne seront pas redéployés, ceux des terminaux fermés étant prioritaires.

Un Groupe de Travail aura lieu (mardi 23 février) à Roissy pour annoncer le redéploiement externe. Les agents des Terminaux T1, T3 et T2C auront la liste des postes laissés vacants rapidement après le GT. Une enquête locale sera ensuite menée.
Un CHSCT est programmé le 5 mars au matin pour étudier le redéploiement.
Le CTSD de présentation du redéploiement aura lieu le 18 mars.
En interne, le tableau interne de mouvement sera utilisé. Au cours de ce CTSD, la question du redéploiement des agents sur le fret sera évoqué, le DI ayant la volonté de le densifier et de mieux l’encadrer

*** Ecoles

Les inspecteurs élèves et les contrôleurs stagiaires sont en formation à distance en ce moment.
La DNRFP leur a envoyé un questionnaire pour jauger de leur état d’esprit et identifier les difficultés.
Sur 70 inspecteurs élèves, une quinzaine font remonter des situations de souffrance ou de difficultés liées à la situation de formation à domicile. Une dizaine d’élèves semblent n’avoir aucune difficulté et assure aller bien.
Le directeur de l’école et la psychologue du travail sont intervenus auprès des stagiaires. Le calendrier de formation a été desserré, la formation sera moins dense que prévue. Un accompagnement des stagiaires en difficulté ou en souffrance sont en contact avec des permanents de l’école.
Un retour en présentiel partiel en petits groupes à partir d’avril est envisagé, si la situation sanitaire le permet.
A La Rochelle, les questionnaires n’ont pas encore reçu de réponse. Les stagiaires en difficulté ont été identifiés et, comme pour Tourcoing, le calendrier et le planning de formation ont été ajustés. Un complément de formation sera prévu en présentiel pour les agents OP/CO comme SU, ce complément sera dispensé dans les DI. Pour les OP/CO affectés à Calais et Dunkerque, une formation complémentaire sera dispensée à Tourcoing sur les applicatifs informatiques avant leur prise de fonction.

La CGT a souhaité rappeler qu’il fallait porter une attention particulière aux agents isolés, isolés de la formation comme de leurs familles.
La CGT a aussi rappelé qu’il conviendra à terme de faire attention aux titularisations de ces stagiaires car leur formation aura été très difficile.

La DG a entendu nos arguments et a souhaité nous rassurer sur la qualité de la formation. On nous a annoncé que les examens d’évaluation seront plutôt bienveillants.

L’affectation des contrôleurs stagiaires est repoussée d’une semaine. Elle sera effective le 10/05 au lieu du 3/05. Les contrôleurs CO affectés à Calais et Dunkerque commenceront par leur formation le 10/05 à l’ENDT

Les ACP 2 vont rejoindre l’école de La Rochelle le 26 avril. La formation démarrera par quinze jours de cours à distance. L’école a prévu à la fois une formation en présentiel et une formation à distance, pour tenir compte de la situation sanitaire au moment du début du stage.

La charge de travail relative à la continuité pédagogique a été transférée dans les DI (services de la FP), notamment dans le cadre du suivi du stage pratique, ou dans le contrôle des connaissances. La responsabilité de l’enseignement reste toutefois à la DNRFP. Seules les DI de Paris, de la DIPA, de Marseille ont plus de dix stagiaires en charge. Les écoles suivent directement les autres stagiaires.

En Surveillance, La Rochelle va maintenir les formations au tir. La moitié de la promotion sera formée en régions pour la TPCI, l’autre moitié sera formée à l’école.

*** Télétravail

La DG a toujours la volonté d’augmenter les possibilités de télétravail.
La note ministérielle a été transmise dans les services. Les jauges ont été rappelées, ainsi que la nécessité de travailler en lien avec les acteurs de prévention.
Le nombre de télétravailleurs a diminué sur la période, mais c’est probablement lié au début des périodes de congés scolaires.

La CGT avait demandé un état statistique de l’ensembles des services où il n’y a aucun télétravail. Nous constatons les efforts de la DG sur l’augmentation des possibilités de télétravailler ainsi que sur la volonté affichée d’aménager les horaires pour tous les agents. On voit toutefois aujourd’hui qu’il reste des réticences et des endroits où certains ne veulent pas autoriser de télétravail pour ne pas perdre la main sur le contrôle des agents. C’est inqualifiable, au delà du fait que ça ne répond ni aux injonctions gouvernementales, ni du Ministère, ni de la DG.
Un tableau des tâches télétravaillables avait été défini, aujourd’hui, en OP/CO en particulier, il reste de nombreuses tâches télétravaillables. 9300 agents peuvent en bénéficier selon la DG.

Quant à la surveillance, elle a été privée de ce mode d’organisation depuis le début, ce qui est regrettable au regard des solutions que nous avions proposées.

La DG va diffuser une vidéo sur l’adaptation du poste de travail à domicile.
La DG va identifier les endroits où il n’y a pas de télétravailleurs et nous communiquer ces données. Pour le moment, elle n’obtient les chiffres que par DR et les chiffres ne sont pas assez fins pour connaître la liste des anomalies.

A certains endroits, les agents ne peuvent pas télétravailler faute de matériel, c’est anormal et il faut se donner les moyens.
La DG dispose de 4500 ordinateurs pour ces tâches. 1000 autres ont déjà été commandés. Une commande est prévue pour pouvoir équiper 100% des agents en matériel informatique au 1er juillet 2021.
La question de la prise en charge des frais occasionnés par le télétravail, posée par la CGT il y a deux semaines, n’a pas encore été abordée par la DG. Pourtant, pour de nombreux salariés du privé, des solutions ont été trouvées, notamment sur la prise en charge d’un forfait journalier couvrant un surcoût de charges (électricité, chauffage, connexion internet, etc).

*** Situation sanitaire

38 nouveaux de Covid ont été signalés cette semaine.
197 agents ont été placés à l’isolement cette semaine. Deux clusters (à partir de 3 cas positifs dans un même service sur une semaine) ont été identifiés : à la BSE de Marseille-Port et au Bureau Lyon Saint Exupéry.

A Mayotte, un CHSCT a eu lieu le 11 février au niveau local, au cours duquel un point de situation a eu lieu. Une part importante des agents ont été testés positifs durant les quinze
premiers jours de février. 18 agents ont été positifs depuis le 26 octobre.
A ce jour, six personnes sont malades.
Une stratégie vaccinale a été décidée par les autorités de santé. Les douaniers des brigades de l’aéroport ont été identifiés comme cibles prioritaires des vaccinations, mais le nombre de doses de vaccins est insuffisantes. Seuls deux agents ont pu être vaccinés.

Suite à la question de la CGT posée il y a deux semaines concernant les agents qui n’ont pas accès à Aladin ou par Rapido, la DG a répondu qu’il s’agissait d’un problème d’organisation du service. Nous avons tenu à rappeler qu’il fallait veiller à ne pas augmenter l’isolement des agents et que les chefs de service devaient faire attention à ne pas couper les agents de leur équipe (notamment les agents vulnérables) en veillant à leur transférer toutes les notes, notamment celles concernant l’avancement, les carrières, l’évaluation, les mutations, les concours et examens, etc. Sans Aladin, la messagerie doit être privilégiée. A défaut, c’est une rupture d’égalité.
Selon la DG, à terme, quand tous les agents disposeront d’un poste de télétravail à domicile, ils auront la possibilité d’être connectés et de disposer de toutes les informations.

Au concours de contrôleur principal, trois lauréats de la liste ne remplissaient pas les conditions de participation et n’ont pas été promus. Comme il n’y avait pas de liste complémentaire au concours, la DG a fait appel au tableau d’avancement pour combler les postes.

La CGT douanes s’associe pleinement aux autres organisations syndicales qui ont alerté la Directrice générale sur l’attention à apporter à la campagne d’évaluation cette année. En effet, quelques premiers retours nous inquiètent et il n’est pas question d’assister à une campagne de "règlements de comptes" alors que nous subissons tous et toutes une crise sanitaire sans précédent dans laquelle chacun a dû s’adapter en fonction de sa situation professionnelle, médiale, sociale ou familiale ; Les efforts de tous et toutes ont été conséquents et la période est suffisamment anxiogène pour ne pas nuire à quiconque. Le retour à une vie normale, que nous attendons avec impatience, dépendra aussi de notre capacité collective à l’intelligence, la tolérance et l’indulgence.

La date de la prochaine audio consacrée à la crise sanitaire n’a pas été précisée.

Mais d’ici là, prenez soin de vous bien et n’hésitez pas à nous poser toutes les questions que vous souhaitez voir aborder à l’adresse : douanes@cgt.fr ou ici : https://www.cgtdouanes.fr/coordonnees.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.