logo-impression
  • Posté le 11 mai 2005 / 320 visites

Réorganisation du dispositif aéromaritime façade Manche et Mer du Nord

Cette réunion a eu lieu le mardi 10 mai au siège de la DI de ROUEN.

En préalable et à l’initiative de la CGT, un tract a affirmé les bases communes de l’intersyndicale à savoir que l’arrivée du patrouilleur ne devait pas se faire au détriment des vedettes maritimes mais en complémentarité et nous avons exigé que le renouvellement des vedettes et des moyens aériens en fin de vie soient partie intégrante de la réforme.

Durant un échange de deux heures sur le futur dispositif, le DI a eu bien du mal à répondre aux arguments des marins de l’intersyndicale. Plusieurs fois mis en difficulté, le DI s’est retranché sur la question budgétaire qui s’impose à nous dans cette réforme.

Le débat a focalisé sur l’arrivée du patrouilleur : pour le DI c’est la panacée, le patrouilleur rendra performante la douane maritime qui ne l’est pas ! Car pour lui « la douane maritime coûte cher et rapporte peu ».

Le patrouilleur est prévu de fonctionner 300 jours par an : il remplacera donc la disponibilité des vedettes supprimées. L’intersyndicale lui a prouvé que ce raisonnement est purement théorique car les problèmes techniques ne manqueront pas et entraîneront une fonctionnalité beaucoup moins importante. D’autre part le patrouilleur ne pourra contrôler les navires de plaisance, vecteur considérable de fraudes, le long du littoral (90%
des navires). A l’issue de ce débat le DI était en panne d’arguments.

Un des gros points noirs de la confrontation réside sur le maintien ou non de la BGC du Havre, le DI qui ne voulait pas dire son opinion, n’a montré au cours du débat aucun attachement à son maintien. Nous lui avons reproché de ne pas se mouiller. Les BSN en cause n’ont pas fait l’objet d’un quelconque intérêt par le DI.

La synthèse des débats devra être envoyée aux organisations syndicales afin de vérifier qu’elle respecte bien les interventions respectives.

Cette synthèse sera envoyée à la DG et sera moulinée avec les deux autres et un prochain groupe de travail national délivrera la nouvelle carte douanière de l’aéromaritime avant un CTPC.

La délégation de la CGT était représentée par ABOUGHAYA, BONAY, INIDRY.

Rouen, le 11 mai 2005


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.

Partagez

Vos outils