logo-impression
  • Posté le 11 juin 2018 / 170 visites

CTSD OCCITANIE - Liminaire et compte-rendu...

Voici la déclaration liminaire intersyndicale (CFDT - CGT - UNSA - USDFO) qui a été lue à l’ouverture du CTSD...

Monsieur le président,

Vous nous convoquez aujourd’hui pour ce CTSD dont l’ordre du jour comporte deux points à titre d’information, la transformation des CROC en CRPC d’une part, et les bilans 2017 des services RH, FP et Performance, de l’action sociale, et du PLI.

Bien que non soumis à vote, les bilans d’activité 2017 que vous nous présentez sont loin pour nous d’être anodins. Derrière les missions qui sont référencées et les chiffres, ce sont nos collègues agents et responsables de services qui transparaissent. (lire la suite...).


Decl. liminaire

Et voici le compte-rendu...

Un DI enfermé dans une « réalité alternative »

« Ca ne va pas si mal et ça ira mieux demain » : Une fois de plus, le discours du DI pourrait se limiter à cette simple formule !
Car au fur et à mesure que le temps passe, année après année, mois après mois, une constante s’affirme dans la quasi-totalité des services : le manque chronique d’effectifs qui génère mécontentement et souffrance.
Or, il est désormais devenu impossible de discuter de ce sujet avec l’administration. Le déni de nos dirigeants est flagrant et le formatage de leurs réponses autour « d’éléments de langage » appauvrit le vocabulaire qui permet de penser ce qui arrive.
Cette déshumanisation repose sur deux processus : la négation de la réalité au travers d’une réalité alternative qui se construit par la magie du verbe et du discours performatif (la réalité, c’est ce que je dis) et le développement d’applications informatiques qui transforment la vie en équations et structurent la réalité administrative (tout ce qui ne rentre pas dans le cadre prévu ne peut pas s’y inscrire et donc n’existe pas, que ce soit dans Chorus, Sirhius, Mathieu…). (lire la suite...)


Compte-rendu

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.