logo-impression
  • Posté le 12 octobre 2018 / 121 visites

Des bilans rabotés

L’ordre du jour de ce comité technique est consacré essentiellement aux bilans :
bilan social, bilan hygiène et sécurité, suivi du PAP 2017 et présentation du PAP
2018.

Dans notre déclaration préalable ci-jointe, nous interpellons le président sur ces
bilans qui ne prennent pas en compte les conditions de travail, les restructurations,
la charge de travail, les écarts de rémunération, CAP2022 et ses conséquences.
Nous réitérons notre opposition aux centralisations régionales et interrégionales en
matière de produits énergétiques qui vident les bureaux de leur substance, aux
fermetures de services qui engendrent mal être et souffrance au travail.
Nous continuerons de nous mobiliser, notamment le 9 octobre prochain pour
la défense de notre modèle social (retraite, statut…) et pour tous les douaniers
qui subissent une baisse de leur pouvoir d’achat année après année.
En réponse à notre déclaration préalable, le président ne nous répond pas sur les
sujets nationaux. Il s’exprime sur différents points évoqués :
Les effectifs : Il reconnaît que la diminution des effectifs est un facteur de Risques
Psycho-Sociaux. Mais que depuis 2015 la courbe des effectifs dans
l’administration des douane est inversée, +1400 emplois soit +8% des effectifs.
C’est une reconnaissance de nos résultats et de nos missions. Pour la CGT, c’est
surtout le fruit de la mobilisation des personnels et de la médiatisation de nos
missions, domaine où notre syndicat est très présent.
Il faut se rappeler que nous avons été 20.000 alors passer de 16 000 à 17 000 ? Il
en manque !
>De nombreux agents Paris-Spécial, signe d’effectifs de référence largement sousévalués
« La situation des effectifs à la DI NA est plutôt bonne », dixit le président mais il
y a des situations tendues notamment dans les PGP mais cela ira mieux avec
l’arrivée des agents Paris-Spécial (27 sur la DI) où sont-ils ?
Il a renforcé les effectifs du bureau de Bassens de 2 emplois en prévision de la
centralisation des produits énergétiques, on verra ce qu’en dit l’inspection du travail
qui donnera son avis sur les demandes d’expertises agréées votées en CHSCT.
Le BREXIT : « Les emplois découlant du Brexit sont en cours de discussion », et
pourtant nous savons que suite à l’entrevue avec le ministre DARMANIN, il a été
annoncé le recrutement de 350 emplois (charge de travail sous-évaluée) et la
suppression de 100 emplois dans les bureaux. La DI de Nouvelle-Aquitaine ne
faisant pas partie des DI prioritaires, il n’y aura aucun effectif supplémentaire en
2019. Et pourtant nous serons bien impactés aussi bien en OP/CO (flux
commerciaux plus importants, nouvelles procédures, nouveaux opérateurs) qu’en
SURV (contrôles des voyageurs dans les aéroports et les ports).
Suppressions des taxes dites non rentables : le Président nous maintient que ces
taxes n’ont plus lieu d’être car elles rapportent trop peu, qu’ elles sont l’héritage
d’une législation ancienne, celle des contributions indirectes.
La CGT réagit en précisant que ces taxes ne sont pas uniquement fiscales elles
ont un rôle important en matière de santé publique notamment la taxe sur les
boissons sucrées et la taxe PREMIX. Leur suppression engendra un risque
sanitaire supplémentaire pour les populations les plus jeunes !
Les centralisations régionales et interrégionales des fiscalités énergétiques :
Il continuera la mise en oeuvre de ces centralisations en respectant les procédures
(ce qui est un progrès) et fera un point régulier sur les effectifs et la charge de
travail.
Guéret : le président nous explique qu’il a voulu « prendre de l’avance » en
annonçant la fermeture possible du bureau aux agents afin de pouvoir discuter avec
eux de leur avenir, de leur reclassement. Or des mesures ministérielles contre la
désertification des services publiques en milieu rural sont à l’étude dont le « plan
Creuse ».
La CGT avait fait des propositions notamment la création des maisons des
finances en milieu rural où l’ Administration des Douanes a toute sa place sa
place.
Nous restons vigilants et nous attendons que sur ce dossier le Ministère passe
de la parole aux actes en revitalisant les services publics dans les zones placées
en dehors des grandes métropoles. En tout cas, nous nous réjouissons à la
CGT de ce revirement d’intentions.
La Garantie : suite au dépôt d’un amendement sur la garantie, Le président nous
certifie qu’il n’y aura pas d’impact de cet amendement sur les bureaux de
Garantie, pas de mise en cause des emplois et des contrôles, les promesses
rendent les fous joyeux !


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.