logo-impression
  • Posté le 18 juin 2009 / 193 visites

Compte-rendu de l’audience avec le Directeur général

Le directeur général a visité la DNSCE lundi 15 juin et il a reçu les organisations syndicales durant une heure environ. Après la lecture d’une déclaration préalable commune de CFTC, CGT et Solidaires, il a répondu aux questions reprises dans cette déclaration.

Il a affirmé que la pérennité de la DNSCE n’était pas aujourd’hui engagée ne serait-ce que, par sécurité, pour avoir la capacité de fonctionner en cas de problème majeur à la DNSCE ou au CID. Cependant, les missions, fonctions et moyens évoluant, des gains de productivité devront être dégagés.

Un audit, réalisé par un organisme privé, est en cours sur les CISD. Avant toute prise de décision, un inventaire qualitatif et quantitatif des tâches assurées dans les centres doit être effectué. Quoi qu’il en soit, « les agents ne quitteront pas la douane et seront bien traités ». On peut donc s’attendre à la fermeture d’au moins un centre.

Un bilan de la réforme AG doit être mené par l’IGF. La DG laisse aux DI le soin de faire « le micro-management ». En tant que Service à Compétence Nationale, le directeur de la DNSCE a la charge de faire la répartition entre personnel administratif et personnel informatique. On peut donc en conclure que le jour où se poseront des problèmes de personnel, les deux catégories d’agents seront concernées.

Le Plafond Autorisé d’Emplois n’est pas atteint dans les centres informatiques. Pourtant, en matière de recrutement de personnel TAI, il existe des difficultés en fonction des compétences souhaitées. Le DG souhaiterait la création d’un service ministériel voire interministériel permettant « la fluidité entre les ministères ou les directions » tout en étant conscient des difficultés de sa mise en œuvre.

En matière de liste d’aptitude de C en B et de B en A comme de tableau d’avancement, la DNSCE fait figure de parent pauvre alors que la moyenne d’âge est probablement une des plus élevées en douane. Le directeur général a accepté le principe de l’étude demandée par les OS sur ces promotions à la DNSCE par rapport à une direction géographiquement et numériquement comparable. Il est également favorable à faciliter l’accès du personnel administratif à des formations permettant d’acquisition une qualification TAI.

Bien que trouvant « injuste et absurde » la mesure qui touche les agents nommés par liste d’aptitude de B en A avant 2007, il ne peut faire plus que son intervention auprès de la DGAFP.

Enfin, il s’est engagé à faire en sorte de régulariser la situation de deux personnes recrutées dans le cadre des CDAPH, ex COTOREP.

En résumé, pas de scoop extraordinaire mais les trouvant « objectivement bonnes », il n’a pas d’état d’âme à appliquer les consignes ministérielles.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.