logo-impression
  • Posté le 16 octobre 2020 / 71 visites

Réunion téléphonique avec la DG – 16 octobre 2020

Voici le compte rendu de l’audioconférence qui s’est tenue ce vendredi à 14 heures :

Nous avons sollicité la DG par mail mercredi soir concernant les nouvelles mesures de couvre feu instaurées par le président de la république et ce, à compter de ce soir minuit. Nous avons demandé de prendre les mesures nécessaires auprès de tous les échelons hiérarchiques afin que chaque agent des douanes dispose dès à présent d’une attestation dérogatoire de déplacement permanente.

A l’instar de ce qui a été décidé par le CHSM de la police, nous avons demandé, selon le principe de précaution, d’ordonner dès à présent le retrait immédiat de ces masques. Cette mesure a déjà été prise par le DI des Hauts de France et ce, dès hier. Les stocks constitués de masques chirurgicaux doivent dès aujourd’hui être distribués à tous les agents, et non plus seulement ceux de la surveillance compte tenu des risques potentiels. Nous rappellerons ici, que certains DI ne doivent pas confondre masques chirurgicaux et masques FFP2 périmés depuis 15 ans.

Mercredi soir, le médecin de prévention dont dépend la brigade de Dax a pris la courageuse décision de fermer cette dernière et ce jusqu’à dimanche en raison d’un cas de COVID. Les agents non contacts demeurent à la disposition du commandement qui est en télétravail.
Nous saluons cette démarche à l’heure où nombre de nos concitoyens vont connaître d’importantes restrictions compte tenu de la propagation du virus.
Si le Sud Ouest est pour le moment une région relativement épargnée, il n’en demeure pas moins que nous devons tous rester vigilants. Aussi, nous nous interrogeons sur la raison qui a poussé les autorités à ne pas prendre une décision identique concernant la brigade d’Hendaye.

Concernant le télétravail, le gouvernement a été clair : les entreprises mais aussi les administrations doivent privilégier au maximum le télétravail afin d’éviter les interactions. Il est grand temps que l’administration des douanes sur tout le territoire accélère le recours au télétravail.
En termes purement statistiques, le 8 octobre, nous sommes revenus à la situation d’avril. Pour les malades par exemple, la dernière fois que le chiffre était aussi élevé, c’était le 7 mai, avant le déconfinement organisé à la va-vite par le gouvernement. Les agents en quatorzaine n’ont pas été aussi nombreux depuis le 21 avril.
Le taux de présentiel est encore trop élevé, y compris en opco : nous remarquons 6113 agents présents dans la branche, sur environ 8500. Il est urgent de faire quelque chose, sinon même le gouvernement finira par comprendre qu’on ne tombe pas malade que dans les lieux de socialisation.
Il nous a en outre été rapporté que sur Lyon le télétravail pouvait être refusé en raison d’incompatibilité des applications du type CHORUS, ou au CSP. La DI s’était engagée à interroger la DG, nous avons demandé ce qu’il en était.

Nous rappelons une fois de plus la prise de risque ridicule décidée pour les oraux de fin de stage qui auraient pu être faits en visioconférence.
De la même façon il est anormal que des agents reconnus comme cas contacts se voient refuser la possibilité de passer l’épreuve oral en visio ou de pouvoir bénéficier d’un report.

Nous avons tenons à remercier le bureau RH pour le travail effectué sur les agents vulnérables.

Concernant le couvre-feu, les agents en uniforme pourraient être couverts seulement avec leur commission d’emploi. A Paris, le préfet s’appuiera sur les commissions d’emploi. L’interministérielle doit valider.
Il est difficile d’agir vite.
A la demande de la CGT, la situation particulière des stagiaires, qui n’ont pas de commission d’emploi sera étudiée spécifiquement. D’autant plus qu’il faudra être réactifs très rapidement. Des attestations seront données pour les stagiaires en covoiturage.
Le dispositif complet sera ajusté lundi en fonction des réponses interministérielles.
En cas de contrôle, si la commission d’emploi n’est pas suffisante, la direction générale invite à la contacter directement pour régler la situation.

En termes de télétravail, 40 % d’agents sont capables d’être en télétravail, mais ce n’est pas forcément suffisant. Actuellement, les agents ne font qu’un jour de télétravail chacun, plutôt que deux ou trois. La consigne d’élargir le télétravail a été passée aux DI. Un pointage aura lieu lundi. La statistique moyenne de télétravailleurs évolue. La DG compte continue de recommander un télétravail plus intense et adapter le télétravail à trois jours. La préconisation est forte pour que tout le monde fasse un maximum de télétravail. A titre d’exemple, à la DG, les agents vont faire trois jours de télétravail. Même s’il existe encore des agents qui ne veulent pas télétravailler.
Pour l’heure, il n’y a pas eu de refus de télétravail, mais il y a eu des refus sur le nombre de jours télétravaillés.

La CGT a signalé qu’il y a eu des refus de télétravail à Blagnac opco et Dunkerque. Dans ces services les CHS ont été alertés.

*** Masques DIM

Il y a eu une alerte sur les masques DIM, qui sont traités au zéolite d’argent. Ce produit est supposément dangereux. La médecine de prévention interroge l’INRS. l’ANCEF doit se prononcer sur la dangerosité effective du produit.
Pour le moment, la DG a donné la consigne d’interrompre la distribution de ces masques. Leur retrait n’est pour l’heure pas envisagé.
Des instructions vont parvenir à la DG dès ce soir.
La DGDDI ne peut pas agir seule dans ce dossier.

*** Statistiques

Les derniers chiffres ont été communiqués le 16 octobre à midi. Il s’agit du recensement des chiffres de la veille. Le nombre de quatorzaines est monté à 184 agents. Un certain nombre de situations ont été recensées. Le nombre de malades progresse lui de 27 agents.

*** Tableau de suivi des décisions

- Suivi de la situation des cas enregistrés dans les écoles :
Un point avec l’école a été fait récemment. La situation est favorable sur les deux sites. Seuls deux inspecteurs élèves sont encore à l’isolement, suite à un test positif chez l’un de leurs proches. Le protocole a été respecté.

- Nature du soutien pédagogique apporté aux stagiaires, cas contact et malades et accompagnement mis en œuvre dans les écoles :
L’école a annoncé que parmi les 38 agents qui ont besoin d’un soutien pédagogique, en situation de vulnérabilité, seuls 8 personnes sont en difficulté. Ils ont cumulé 7h30 de soutien pédagogique.
Le soutien « ordinaire », destiné à tous, perdure toujours.

- Livraison de masques périmés à la DINA :
Le sujet a été pris en compte. Des masques chirurgicaux doivent être livrés rapidement pour les remplacer.

Nous avons rappelé qu’à La Rochelle, il n’y a pour l’heure que des masques en tissu et pas encore de masques chirurgicaux.

- Demande d’actualisation du protocole sanitaire au regard des conditions hivernales (véhicules, chauffage etc...)
Un point avec la médecine de prévention doit être fait. Le travail est en cours. La doctrine de l’utilisation des véhicules doit être redéfinie.

- Concernant la procédure d’identification des cas contact, les OS demandent que la douane fasse davantage pour protéger les agents plutôt que de suivre le processus médical de l’ARS et de la CPAM.
Les décisions ont été appliquées différemment à Dax et à Hendaye. L’administration a suivi les recommandations du médecin de prévention. Le sujet sera évoqué lors du CTR en format CHS de la semaine prochaine.
Il est essentiel que l’ensemble des agents et de la hiérarchie donne le maximum d’informations sur les cas contacts quand on les interroge. La discussion entre les directions locales et les médecins est encouragée.

La CGT a indiqué qu’à Hendaye, les agents infectés au Covid semblaient être dans le même véhicule que le premier patient infecté. La promiscuité a duré assez longtemps et malgré le masque, les agents ont pu être dans une situation à risque. On pourrait peut être élargir le dispositif de mise en isolement des agents après de longues périodes de situation à risque de ce type.

La DG nous a répondu que dans un cadre normal, avec une aération et des temps raisonnables de trajet, on n’est pas dans des cas contacts à risque. Dans le cas contraire, le risque existe et la médecine de prévention le reconnaît.

- Dès maintenant, au SND2R, trois demandes de télétravail simplifiées ont été déposées, trois ont eu un avis favorable. Trente autres demandes ont été déposées dans le cadre du cadre général. Elles seront traitées avant le 1er janvier. Les autorisations seront accordées en vertu d’un calendrier de montée en charge des compétences. Pour le moment, il n’y a pas de situation de refus à Metz.

- Au CSP de Lyon, une solution de cryptage permettant le travail à distance est en cours d’élaboration. Il existe pour l’heure une possibilité de travail déporté, qui n’est guère satisfaisant.

- Une expérimentation avait été mise en place à la DNSCE sur le télétravail des informaticiens. Ils ont été basculés en télétravail covid.

- La réglementation des concours impose une égalité de traitement envers tous les candidats. Un candidat cas contact peut demander au moment de sa convocation de modifier sa convocation pour qu’elle devienne un oral en visioconférence. Il est impossible en revanche de modifier la date des épreuves.

Nous avons fait remarquer à la DG qu’après presque huit mois de crise, nous avons déconfiné le 11 mai et pourtant, aucune solution n’a été envisagée et mise en place pour répondre aux problèmes des agents ou des candidats. Cette situation nous semble ubuesque. En particulier quand on lit dans la presse que les ministres chargés de gérer la pire période de la crise sont sous le coup d’enquêtes pour établir les responsabilités et les causes de leurs errements.
Bientôt, des candidats cas contacts se présenteront aux oraux, voire même des gens malades qui se déplaceront et mettront les autres candidats en danger.

*** Agenda social

L’agenda social a été élaboré en fonction des indisponibilités recensées.
A la remarque sur les difficultés de tenir tous les rendez vous de l’agenda social, la DG nous propose de supprimer des réunions.

La CGT a insisté sur la nécessité de discuter en amont de la création de cet agenda social.
Ce qui nous gêne, c’est l’organisation trop rapide de réunions au dernier moment qui peuvent mettre en difficulté les organisations syndicales. Pour la tenue des réunions.

La prochaine audio-conférence aura lieu la semaine prochaine.
D’ici là, vous pouvez nous écrire ici : douanes@cgt.fr ou ici : https://www.cgtdouanes.fr/coordonnees
Continuez de prendre soin de vous.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.