logo-impression
  • Posté le 17 mars 2017 / 100 visites

Message des collègues du SRE d’Auvergne

Appel à mobilisation de tous les douaniers le 23 mars prochain

Bonjour à toutes et à tous,

Les enquêteurs du SRE d’Auvergne tiennent à faire part à tous les enquêteurs de la triste nouvelle que nous avons apprise vendredi dernier, à savoir la mort prochaine de la DR d’Auvergne.

Nous en sommes encore abasourdis...

Pour résumer, suite à la décision de fermeture de 3 des 4 bureaux de douane d’Auvergne (seul reste Clermont), la DG a proposé de venir à la rencontre des agents d’Auvergne le vendredi 10 mars.

Candidement, nous rêvions d’une éventuelle annonce d’une implantation d’un service interrégional pour maintenir les agents à Clermont, compte tenu du surnombre de 30 agents pour la seule année 2017.

Tous les agents OPCO AG de la région Auvergne ont donc été conviés à une matinée « d’information et d’échanges » avec la Sous-Directrice A (Fabienne Debaux), accompagnée du Chef du bureau A2 (Alexis Lopez), du DR et de la DI (Anne Cornet).

Questionnée par les agents, Mme Debaux a clairement expliqué qu’après le PSD, soit à partir de 2020, « le destin de la DR d’Auvergne va se poser, comme pour d’autres DR ».
Et elle a ajouté : « la tendance est à la centralisation sur les centres urbains », sous-entendant qu’une agglomération régionale de 300 000 habitants comme Clermont ne constituait même pas un centre urbain, vu de Paris.

Quant à l’implantation d’un service douanier interrégional à Clermont-Ferrand, ce projet a été refusé au niveau central.

Donc, les bureaux de Moulins, Le Puy et Aurillac sont supprimés, le dernier bureau (Clermont) perd la moitié de son effectif, la DR sera supprimée par la suite (CROC, PAE, etc), et pour le SRE on se doute de la suite.

Alors là, on s’est dit, « bon ben dans 3-4 ans, la DR disparaît, heureusement qu’il y a le protocole d’accord... »
Sauf que le protocole d’accompagnement social de mars 2015 signé par les OS est déjà remis en cause avant même son application, comme l’a confirmé la DG ce jour-là.
Ainsi, le transfert à la DGFIP ne sera pas du tout automatique mais soumis au bon vouloir de la DGFIP (qui explique n’avoir pas signé l’accord), et la gestion des surnombres ne sera pas du tout souple.

L’Auvergne semble être un laboratoire d’essai, et ce qui est réalisé en Auvergne le sera dans toutes les DR.

Voilà la triste nouvelle que le SRE d’Auvergne voulait vous faire connaître.

Alors, pour ceux qui souhaiteraient venir manifester en Auvergne le 23 mars, nous les accueillerons avec plaisir. Et ce n’est pas pour sauver l’Auvergne mais pour sauver les services de proximité… parmi lesquels figurent maintenant toutes les DR.

Les enquêteurs du SRE d’Auvergne


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.