logo-impression
  • Posté le 1er janvier 2020 / 81 visites

Depuis le début du confinement...

Vendredi 20 mars

  • A la BSTIM Gare du Nord, on aurait reçu des staigiaires et leur formation commencerait lundi !?! La question a été posée à la Direction Générale qui se renseigne.
  • En Bourgogne, livraison surveillée de masques périmés (depuis 2014) par la brigade de Bourges à celles d’Auxerre et de Dijon.
    A Auxerre, mise en place de services de surveillance générale, comme à Bourges avec de très petites équipes, pendant que le reste de la brigade est en AA.
    Un cas potentiel de Covid-19 est relevé à la BSI d’Auxerre, avec arrêt de travail.
  • En Cerdagne, nous avons été informés de la situation d’un collègue en congé dans l’Oise (lieu de son domicile) et qui doit reprendre son service en Cerdagne le 23/03, alors même qu’il pourrait rester à son domicile pour continuer à s’occuper de ses 2 enfants. L’arrivée d’un collègue en provenance d’une région fortement touchée par le virus – même si ce collègue n’est pas malade et n’a pas de symptômes – inquiète fortement nos collègues de Cerdagne. Là encore, alors que la présence de ce collègue n’est pas indispensable à la continuité de l’activité du service, certains chefaillons locaux ne manquent pas de faire preuve d’un zèle dangereux au regard de la période que nous vivons.
  • A Paris, le CODT est en veille et son activité est très faible en raison de la situation. Les appels se comptent sur les doigts d’une main pour toute une vacation, et les agents se relaient plus pour garder les locaux que pour servir à quelque chose d’opérationnel.
    Logique vu les effectifs sur le terrain, et pourtant le télétravail leur a été refusé (sauf pour l’adjointe, seule responsable hiérarchique présente en ce moment).
    Les vacations sont limitées à 2 agents, les autres agents prévus sur la cote sont placés en MDC, c’est-à-dire en mise à disposition de l’administration pendant le temps de la vacation.
  • Sur Roissy, une réponse à une question d’ordre générique :
    « Vous m’avez interpellé sur les agents de la DR Roissy Voyageurs en double résidence en sollicitant pour leur compte des AA afin d’éviter de prendre des transports en commun pour rejoindre l’aéroport de Roissy depuis la province.
    Je vous rappelle que si ces agents bénéficient d’une attestation permanente de déplacement dérogatoire, qui les exonère ainsi de toute restriction de circulation à des fins professionnelles, ils doivent se rendre sur leur poste de travail conformément à la cote de service établie ou aux instructions de leurs chefs de service, sauf cas particuliers soumis à l’appréciation du médecin de prévention (quatorzaine, AAE...) ou agents en CMO. »
  • Nous vous avons informé que les éléments nautiques sont retenus à quai (une seule journée de navigation par semaine) en raison d’une nouvelle organisation de travail imposée par la pandémie COVID-19 et validée par l’état-major.
    Compte-tenu de ces circonstances exceptionnelles et de la validation par les autorités hiérarchiques, les marins concernés pourront bénéficier de l’ISM garantie.
  • Il faut impérativement que les PCA soient communiqués aux organisations syndicales : le travail sera ainsi collectif et constructif
  • le DI de l’IDF a pris les dispositions pour réduire les effectifs du CDP de Chily Mazarin
  • Message de la CGT Roissy à son DI. La frontière aérienne ne va pas tenir bien longtemps.

Monsieur le Directeur Interrégional,

Le passage prochain en phase 2 du plan de crise face au Covid 19 implique des ajustements drastiques concernant la présence des personnels douaniers sur la plate-forme.
Les consignes gouvernementales dès le début de la crise ont été claires : généralisation du télétravail. Or sur Roissy, à la différence d’autres directions, le choix a été fait de maintenir en présentiel des effectifs dans des services non essentiels (par exemple SCEP, SRA). Ainsi nous revendiquons :

1- La généralisation maximum du télétravail
La DR d’Orly a déjà mis tous les effectifs de sa Direction régionale (SG, CRPC, PAE, contentieux, division...) en télétravail depuis une semaine. Les collègues qui n’ont pu avoir un ordinateur portable doivent se connecter deux fois par jour sur leur messagerie et rester joignable par téléphone. Nous demandons donc qu’un dispositif similaire soit appliqué sur Roissy. Les enquêtes, les audits peuvent attendre et les instructions des encadrants et le suivi RH peuvent être faits à distance tout comme les informations aux entreprises.
Concernant le matériel,si les ordinateurs ne sont pas en nombre suffisant, nous pouvons aussi prendre les ordinateurs utilisés pour les formations professionnelles qui disposent d’un accès Rapido, cela permettrait de gagner quelques ordinateurs supplémentaires.

2- Pour les bureaux de contrôle : la fluidification
Cette fluidification peut s’obtenir rapidement en suspendant rapidement les divers CRILOC et PROREG non essentiels afin que le maximum de déclarations passent en circuits verts.
Reste le visa de documents d’ordre public qui doit se faire par l’apposition du cachet ND. Ce visa ne nécessite pas une présence massive d’agents des bureaux de contrôle.

3- Pour la surveillance : la situation sanitaire est alarmante
Si Orly est pour l’instant épargnée par les cas de Covid 19 la situation n’est pas la même pour Roissy.
Ainsi 2 cas avérés de Covid ont été signalés : un cas au T2C et un cas au T2E , ce qui implique avec le système d’équipes un confinement pour minimum 14 jours d’une soixantaine d’agents dans ces deux terminaux.
Des cas contacts ont aussi été rapportés pour le T2A, la BSES...
Si les cas continuent à se multiplier, mathématiquement, la frontière aérienne ne pourra plus être tenue car chaque cas déclaré entraine le confinement a minima de 2 équipes d’agents. D’autres collègues sont en AAE pour garde d’enfants, d’autres en congés maladie pour d’autres pathologies.
Même si des vols ont toujours lieu pour le rapatriement des français coincés à l’étranger, afin de limiter la propagation de l’épidémie chez nos collègues de la surveillance il faut pouvoir fermer d’autres terminaux et se concentrer sur l’essentiel avec une présence minimale d’agents.

Nous sommes tous conscients d’être agents d’une administration régalienne qui devra à un moment donné renforcer d’autres administration ou continuer à assurer des missions, mais pour cela il ne faut pas nous surexposer.

  • la question a été posée à la DG des agents ayant un conjoint malade qui ne peuvent s’occuper des enfants confinés. Voici la réponse de la DG :
    Vous avez souhaité nous alerter sur la situation d’une agente sollicitant des AEA pour garder leurs et dont le conjoint est en arrêt de travail.
    Je vous confirme que, comme pour les AA pour garde enfant malade, un parent peut bénéficier d’une AA pour garder ses enfants si son conjoint est en arrêt de travail, l’état de santé de ce dernier étant alors incompatible non seulement avec l’exercice de ses fonctions, mais également avec le fait d’assurer la garde de ses enfants.

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.