logo-impression
  • Posté le 1er avril 2020 / 33 visites

Compte rendu de la conférence DNGCD du 31 mars

Point avec le docteur Verdiere, médecin de prévention du Var

Le virus se diffuse par voies aéro-portée ( gouttelette, éternuements ) et manu-portée ( serrage de mains, embrassades.)
A ce jour pas de diffusion par ventilation.

Les symptômes : fièvre, mal de tête, toux, diarrhée

Précautions : mesures barrières :distanciation, lavage des mains et des surfaces, toux dans mouchoirs jetables.

Les masques périmés peuvent être portés pour les agents aux contacts de malade (ffp2) pour les autres les masques chirurgicaux suffisent.Le ffp2 est destiné principalement et prioritairement aux soignants.

Dans notre cas, les masques chirurgicaux sont suffisants, après la période de quatorzaine que nous venons d’effectuer. Il va de soi que chacun doit respecter l’ensemble des consignes de précautions, aussi bien au travail, que dans sa sphère privée.

Réalisation d’une fiche réflexe pour les personnels de maintenance aérienne (BCMA).

Retour au travail après la période de quatorzaine :

Un questionnaire validé par la médecine de prévention va être diffusé aux agents en retour de quatorzaine. Une distinction sera faite selon s’il s’agit d’une quatorzaine par contact ou pour maladie covid19.

Une adaptation au cas par cas , du poste de travail ou de la façon de travail est envisagée. Une réflexion collective est engagée .
La médecine de prévention se tient à la disposition des agents pour toutes questions relatives à la situation.

Concernant les consignes en avion et en BSN
La distanciation est le problème récurrent . L’espace étant contraint, le médecin de prévention préconise le port d’un masque chirurgical et l’application des mesures de nettoyages du moyen.

Pour le déploiement du DFP2 :
Il est demandé de faire des dépistage avant embarquement.
Le médecin indique que cela n’est pas nécessaire et servirai à rien.
Après la période de confinement 1, les agents qui embarquent sont « a priori » sain. S’ils présentent des symptômes, ils doivent rester chez eux .

Si un problème se déclare à bord, on applique les fiches réflexes, isolement dans la cabine, appel 15, geste barrière, retour à quai, attente des instructions sanitaires pour le reste de l’équipage.

Pour le moment , pas de saturation de lit en milieu hospitalier en région Paca.
Si le moyen est haute mer ( entre corse et continent) , il a le temps de revenir dans un port et si aggravation de la situation, déploiement d’un helico.

LA CGT demande le port du masque obligatoire dés que l’on monte sur un moyen comme préconisé sur les fiches réflexes.

Points matériels :

Tous les produits sont en cours de commandes et d’acheminement vers les unités. Nous rencontrons des problèmes pour les désinfectants, les produits étant spécifiques et peu nombreux sur le marché. Nous devons chercher des substituts et faire valider leur utilisation.
De même pour l’acheminement, les sociétés de transport sont saturées et nous devons centraliser les points de livraison.Pour les Antilles , s’ajoute le problème des vols limités.

Programmation de l’activité :

MMN-A : GRANVILLE et BAYONNE
BSA LBH : 2 vols cotiers

MEDIT : DFP 2 nord corse DF 47 sud corse
LA Grande motte
Pour les aériens les équipages sont constitués .
Le sgcd est en train de définir le nombre de vol nécessaires avec les équipages disponibles pour maintenir en conditions opérationnelles(MCO).
Rapprochement entre le PCA DNGCD et les besoins du Premar si possible.

Antilles : BSN MARIN

Un moyen en Guadeloupe et un moyen en Martinique seront déployés dans le cadre du PCA.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.