logo-impression
  • Posté le 22 octobre 2020 / 42 visites

Comité technique de réseau en format hygiène, sécurité et conditions de travail

Le comite technique ayant été unanimement boycotté le 13 octobre dernier, il a été reconvoqué hier.
Vous trouverez ci-dessous et ci-joint (pour diffusion et/ou affichage) notre déclaration liminaire, lue à l’ouverture de la séance après avoir fait une minute de silence en hommage à Samuel Paty.

Le 21 octobre est chaque année la journée européenne de la dépression… N’y voyons là aucun signe, personne ici ne doit être superstitieux.
Permettez-nous tout de même, faute de l’optimisme béat porté par votre prédécesseur, d’apporter une touche de pessimisme à l’ouverture de ce CTR.
Vous organisez une réunion de cette importance un mercredi, pendant des congés scolaires, jour de concours, avec un ordre du jour modifié deux fois à votre convenance, changements qui ressemblent plus à des tours de passe passe qu’à des modifications, voire à des allègements comme nous l’avions demandé, pour au final, ne pas vouloir évoquer les points d’information qui vous semblent les moins intéressants.
Pour notre part, mais nous y reviendrons, ce que vous qualifiez de questions diverses sans importance relève pour nous de la plus haute importance, en particulier les
résultats de l’observatoire interne qui ne peuvent être passés sous silence, au regard des résultats, à l’heure où vous invitez chaleureusement les douaniers à participer à celui de 2020.

Le tout, au lendemain d’un groupe de travail capital sur le transfert des missions fiscales et l’avenir de notre métier.

Si nous saluons votre geste de mettre fin au chantier de préfiguration sur la DR d’Auvergne, nous sommes très inquiets pour l’avenir de notre réseau douanier, ses effectifs, ses missions et ses moyens.

Quand nous parlons d’avenir de notre métier, nous ne pensons pas aux mêmes choses. Votre seule boussole est celle du ministre et des penseurs néo-libéraux : vous ne voulez plus de fonctionnaires parce que dans votre pensée dogmatique, les fonctionnaires coûtent trop cher et ne servent à rien.

Quant au transfert des missions fiscales, 700 collègues se retrouvent dès à présent dans l’oeil du cyclone, sans garantie de lendemain, ni professionnellement, ni géographiquement.

Pour certains, on leur a imposé le cumul de plusieurs restructurations ces dernières années, notamment du fait de projets soit-disant stratégiques.

Pourtant les douaniers démontrent chaque jour leur attachement à leurs missions, leur professionnalisme, leur rigueur, leurs résultats, le sens de leur travail et leur engagement.

Dans un contexte de crise sanitaire particulièrement anxiogène, alors que le ministre des comptes publics avait raboté nos droits en nous volant nos jours de congés, les douaniers étaient au travail, sécurisaient les approvisionnements, effectuaient leurs missions avec justesse.

La douane de demain à laquelle nous pensons est une douane d’utilité économique, sociale et écologique.
Une douane qui connaîtrait un abondement en moyens et en effectifs, une douane dont les missions ne seraient pas que de la poudre aux yeux, mais une véritable administration de contrôle dont la visée ne serait pas d’assurer la communication, aux frais de la princesse, d’un ministre en mal de reconnaissance.

Une douane du monde d’après en quelque sorte, celle qui colle à la volonté des citoyens.

Vos annonces ont fait l’effet d’une bombe. Vous auriez pu vous y attendre.
Qui accepterait ces suppressions de postes et de missions sans broncher – hormis ceux qui savent d’avance qu’ils pourront se recaser dans un cabinet ministériel.

A l’inverse, de nombreux services ayant fait l’objet d’une centralisation vont demain être supprimés. Ainsi, nous lançons une alerte sur la santé et la sécurité des collègues travaillant aujourd’hui au SND2R (ex SNDFR, ex TPL, ex CISD), dans les pôles de fiscalité énergétique, dans les RI et dans les services DAFN.

Vous imaginez sûrement que la profession est résignée et abattue. Vous avez tort.
La décision unilatérale, sans concertation réelle, et inique du ministre de transférer définitivement les TIC et la TICPE de notre administration vers les Finances publiques n’augure que d’une chose : l’augmentation du niveau de fraude, car nous l’avons prouvé à de nombreuses reprises : seule la DGDDI est en mesure d’opérer ces contrôles et d’assurer ainsi non seulement les recettes de l’État mais aussi la fierté des douaniers.

Et à cela, vous avez une réponse toute rédigée : les entreprises s’autocontrôleront !
Imaginez vous deux secondes l’effet d’une telle annonce sur les personnels…sentiment d’abandon, de perte de sens, d’une brutalité administrative aveugle.

Nous sommes en CTR en format hygiène, sécurité et conditions de travail, alors n’est-ce pas le meilleur endroit pour parler de souffrance au travail, risques psycho-sociaux, peur du lendemain et angoisse professionnelle ?

La leçon que nous tirons aujourd’hui de cette crise sanitaire est claire. Le peuple français est en demande de services publics, de solidarité et d’égalité.

Enfin, il nous reste à évoquer deux sujets importants : l’urgence de la dotation en gilets pare-balles féminins, l’un des éléments de l’étude ergonomique dans laquelle nous nous étions engagés, et la présence de plomb dans les canalisations de la DR de Chambéry. Concernant ce dernier, vous imaginez la consternation des collègues, travaillant dans un bâtiment où les vitres de fenêtres de toit tombent, le salpêtre se répand, les risques incendies et électriques ainsi que la présence d’amiante dans certaines tuiles sont avérés, la non accessibilité du bâtiment est dénoncée de longue date, apprennent par une note le 14 octobre dernier, qu’une expertise, réalisée le 11 juillet 2019, relève la présence de plomb dans les canalisations.

Nous vous demandons par ailleurs la communication du relevé de décisions du comité de suivi du 18 septembre dernier. Nous avons en effet acté un principe collectif, formalisé ensemble, sur notre engagement à ce qu’aucun projet ne conduise à une dégradation des conditions de travail, ou à un irrespect des guides ministériels, ou bien encore à une perte d’accessibilité des locaux ou des applications informatiques.

La douane de demain que vous esquissez est effroyable et nous combattrons votre vision jusqu’au bout et avec détermination. Vous défendez les intérêts d’un ministère, vous défendons ceux des personnels.


Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.