logo-impression
  • Posté le 30 janvier 2018 / 120 visites

CGT à l’offensive au Comité technique de réseau

Pour cette reconvocation au CTR, la CGT a décidé de partir à l’offensive !
Pas question de laisser passer cette légion du déshonneur sous silence !
Pas question de ne pas réagir au discours de voeux du DG !
Pas question de se satisfaire des créations d’emplois alors que tous les services sont à l’os !
Pas question d’oublier la mobilisation des SRE !
Pas question de regarder le train de CAP22 sans bouger !
Pas question d’oublier la belle victoire de l’annulation de la fermeture du bureau d’Evreux grâce à la CGT !
Bonne lecture.

Mesdames, Messieurs, 

Le mois de janvier est traditionnellement la période des vœux...Alors, nous ne manquerons pas à cette tradition en vous souhaitant, avec humilité, que cette année soit heureuse, qu’elle vous apporte la santé ainsi qu’à vos proches. Qu’elle vous apporte la prospérité même si en cela, nous ne nous inquiétons pas pour vous. Pour une fois, soyons un peu égoïste, pensons à nous, qu’elle vous apporte également l’humanité, l’envie de justice et l’empathie afin de faciliter le dialogue... Nous aurions facilement tenté la métaphore miraculeuse, mais de ce côté de la table nous avons le souci du respect de la charte de la laïcité, et nous évitons de confondre vie professionnelle et vie privée. Si vous souhaitez diviser, Monsieur le Directeur, pour notre part nous préférons rassembler.

Ce premier CTR de l’année donne-t-il le ton d’un dialogue social enfin respectueux ? Peu probable...
Proposer une interruption de séance pour une réunion ministérielle probablement plus importante que le sort des douaniers que nous représentons ici… Cela commençait mal. De notre côté, nous avons choisi de simplifier votre emploi du temps, de faciliter la vie de votre chauffeur et de faire un geste pour la planète en vous évitant trop de trajets pour une réunion qui vous paraissait si peu essentielle.
Déjà fin 2017 vous disiez donner la primeur des informations à certaines organisations plutôt qu’à d’autres...
Vous avez donc fait le choix de la récidive plutôt que la paix. Nous en avons pris acte.

En effet, tout nous donne l’impression que nous n’allons pas dans le bon sens.
Vous allez nous dire que le PAE est avantageux et que l’on gagne des emplois.
Pour notre part, et parce que nous connaissons bien les services douaniers, il faudrait créer 1000 emplois par an pendant toute la mandature pour nous en sortir. A la CGT nous faisons le pari de la création d’emplois pour mieux exercer nos missions, pour mieux protéger les citoyens, pour mieux accompagner les entreprises, pour mieux cibler, pour mieux contrôler et lutter contre la fraude, pour lutter plus efficacement contre le terrorisme, pour protéger les recettes fiscales de l’Etat, voire les améliorer. Vous, vous faîtes le pari destructeur de la casse du service public douanier, tant dans ses effectifs que dans ses missions ou ses implantations. La CGT ne sait pas si certains "fantasment" sur CAP 22 et son lot d’externalisations et de suppressions de missions, mais nous n’attendrons pas que les couperets tombent pour nous battre.

Nous vous dirons donc que l’on ne gagne rien, que l’on ne rattrape même pas les pertes de ces dernières années, que cela n’enraye en rien la fermeture des bureaux et des brigades qui sont sur votre feuille de mission. Nous ne sommes dupes en rien, la douane profite d’un second "effet d’aubaine" avec le Brexit pour reprendre les termes de certains membres de votre encadrement. Et dans deux ans, les coupes sombres reprendront de plus belle. Elles reprendront d’ailleurs plus facilement que les augmentations ne sont que théoriques alors que les fermetures, elles, sont bien réelles et définitives. Pour le SNAD CGT, chaque bureau et chaque brigade a son importance et nous avons mené le combat pour sauver le bureau d’Evreux. Nous avons, avec une obstination légitime, demandé des rapports d’experts, fait valoir les droits des agents, fait intervenir l’inspection du travail pour désaccord sérieux et persistant... mais l’administration a décidé de passer en force pour acter cette fermeture. La DG met autant d’acharnement à fermer les bureaux, les brigades et les services, que nous mettons d’obstination à les défendre. La CGT a donc décidé de porter le cas de cette fermeture en justice, comme elle le fait à chaque fois que c’est possible. Le Conseil d’Etat a donc annulé la fermeture de ce bureau. Certes, l’administration reviendra certainement à la charge et la fermeture du bureau d’Evreux reviendra sur le tapis. Mais c’est un nouveau répit pour nos collègues d’Evreux et leurs familles et une épine dans le pieds des professionnels de la restructuration. La pugnacité de la CGT, aux côtés des agents, a donc payé ! 

Le SNAD CGT en a donc assez de ces techniques politiciennes qui consistent à taire le réel en se cachant derrière des concepts. En cela, il faudrait de l’empathie pour comprendre que nos collègues souffrent en ce moment, beaucoup, et qu’il faut trouver des solutions, maintenant. Et cette souffrance est encore aggravée par cette impression d’injustice au sein de la maison douane. Vous nous avez déjà dit que vous n’aviez pas les mêmes références que nous, notamment lorsque nous vous avons parlé de justice de classe. Plutôt que de rentrer dans les concepts, donnons quelques exemples :
lorsqu’une ancienne ministre des finances se voit qualifiée de négligente lorsqu’elle fait perdre plusieurs centaines de millions d’euros à l’Etat, alors qu’un salarié qui mange une banane se voit licencié.
Lorsque le PDG d’un grand groupe agroalimentaire met sciemment en danger la vie d’enfants mais ne risque rien à titre personnel, alors qu’un militant syndical qui a arraché la chemise de son patron se voit traiter de criminel.
Encore trop loin et trop conceptuel : lorsque l’on fait passer en discipline et que l’on brise des carrières d’agent sur tous types de motifs plus ou moins fallacieux, alors que l’on remet une distinction à une administratrice pour qui le défenseur des droits recommande des sanctions disciplinaires…

Voilà c’est ça la justice de classe. Vous êtes certainement en train de penser que c’est de la mono obsession, de la chasse aux sorcières, non, c’est juste la révolte contre l’injustice qui fait que l’on écrase les petits pour protéger les grands. Peut être vous souvenez vous de ce sentiment dans votre jeunesse qui après tout n’est pas si loin, ce sentiment de colère et de révolte lorsque vous trouviez quelque chose d’injuste ? Et bien, il semble que nous avons gardé cette part d’enfance. Nous en sommes fiers à la CGT, car jusqu’à présent, c’est cette lutte contre l’injustice qui a fait progresser le monde. 

C’est parce que nous sommes sensibles à ce type de sentiment que votre discours politique de vœux, auquel nous avons déjà fait référence plus haut, a sonné chez nous comme une véritable provocation à plus d’un titre :
aller à l’encontre des préconisations du CESE qui dit que les services publics ne peuvent être réduits à une unique relation de service, certes importante, mais réductrice dans leur action, et que les missions de contrôle et d’expertise garantissent le principe d’égalité
par ailleurs, et sans vouloir diminuer l’importance de l’anniversaire de Monsieur Thillier, vous avez oublié l’anniversaire en 2018 de cette belle dame à laquelle nous sommes tous viscéralement attachés, et qui fêtera cette année ses 100 ans, l’Oeuvre des Orphelins des Douanes
ou bien encore les félicitations à cette DI médaillée de la légion d’honneur que nous avons qualifié pour notre part, mais aussi pour tous les agents victimes de ses comportements, la médaille du déshonneur
Mais l’histoire ne s’arrêtera pas là...faites nous confiance.

Nous profitons par ailleurs de ce propos liminaire, certainement trop long à votre goût, mais pour nous trop court tant il y a à dire, voire à redire…
Nous n’avons pas eu le temps de déposer de questions diverses pour cette séance, vos réponses laconiques ou hors propos aux précédentes nous imposent de recommencer l’exercice sous une autre forme. Nous avions dit que le système serait perfectible, et il le sera selon la volonté de tous. Les non réponses à certains de nos mails feront aussi probablement partie de nos questions diverses à l’avenir dans un souci de transparence et d’information de tous les douaniers. Permettez-nous par ailleurs de vous déposer l’ensemble des motions collectées des Services Régionaux d’Enquêtes, car leurs demandes légitimes méritent probablement mieux que les quelques lignes de réponse auxquelles nous avons droit suite au dernier CTR, tant en terme d’effectifs, que de missions ou de moyens. Faire porter la responsabilité d’une mauvaise gestion des effectifs des SRE sur les directeurs régionaux ou interrégionaux, qui aujourd’hui sont surtout contraints de gérer la pénurie dans laquelle vous les avez plongé, ne nous semble pour le moins pas très correct.

Nous vous parlions enfin d’humanité, c’est une chose dont la douane manque de plus en plus. A de nombreuses reprises, il a fallu se battre en 2017 pour que vous compreniez que vos décisions ont des conséquences humaines. Que ce soit les fermetures, les non titularisations... tout ce que l’on appelle d’une manière très pudique les "cas personnels" cache des réalités humaines. Il est facile de tout déconnecter et de se dire que les choses n’ont pas de rapport entre elles. Lorsqu’un collègue commet l’irréparable, l’administration est toujours encline à dire que le travail n’y est pour rien. Cela doit être plus simple pour sa conscience, et après tout, le décideur est tellement loin qu’il ignore les conséquences de ses actes et l’exécutant n’a pas d’autre choix.
Prendre en compte l’humain en temps que tel et pas en tant que chiffre, que stock ou flux, voilà qui pourrait être une bonne résolution pour 2018.
Pour conclure, nous souhaitons donc que cette année 2018 soit bien meilleure... Une part de notre âme d’enfant doit encore croire au père noël...

Pdf à télécharger

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.