logo-impression
  • Posté le 16 juin 2020 / 93 visites

CAP centrale catégorie C - Recours sur évaluations

Vous trouverez ci-joint et ci-dessous la déclaration liminaire lue à l’ouverture de la CAP centrale de recours en catégorie C ainsi que le compte-rendu.
Bonne lecture

Notre organisation est membre d’une coalition de syndicats et de collectifs hospitaliers qui appellent aujourd’hui à une journée nationale d’initiatives et de grèves, revendiquant ainsi une revalorisation générale des salaires, un plan de recrutement, et l’arrêt des fermetures d’établissements, de services et de lits.
Comme tous les services publics, l’hôpital fait les frais depuis trop longtemps des politiques d’austérité mais la crise sanitaire du COVID nous a montré les limites du capitalisme financier.
L’intérêt commun et les objectifs de rentabilité sont deux choses incompatibles. De la bouche même de M. Macron, « il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché.../.... Notre Etat-providence n’est pas un coût ou une charge, mais un bien précieux, un atout indispensable quand le destin frappe ».

Malheureusement, comme toujours avec cet exécutif, l’action contredit le discours. Il est peu probable que nos gouvernants tirent les enseignements de la crise sanitaire actuelle. L’ont-ils fait après la crise financière de 2008 ? Par quel miracle changeraient-ils de logiciel et se mettraient-ils à faire l’exact contraire de ce qu’ils ont toujours fait ? Malgré les discours schizophrènes du président, iconoclaste qui ose citer « les jours heureux », le jour d’après ressemble déjà, à s’y méprendre, au jour d’avant, voire au jour d’avant-hier.
On entend qu’il va falloir travailler plus pour rattraper le retard, déréguler davantage, plus vite...., toute crise est toujours une occasion rêvée pour le patronat de resserrer le collier.

En Douane, par exemple, des jours de congés (CA, RTT, jours de fractionnement) vont être volés aux agents qui n’ont pourtant pas demandé à être placés en ASA et qui ne sont en rien responsables de la crise que nous connaissons.
Les réformes se poursuivent comme en atteste l’agenda social, notamment le transfert urgent des missions fiscales, la crise sanitaire n’est même pas à l’ordre du jour du CTR du 18 juin, et que dire des prochaines évolutions des instances paritaires, qui prévoient la disparition prochaine du CHSCT, instance qui a pourtant montré toute son importance ces dernières semaines.

Le dialogue social réduit à un strict minimum,c’est cela le jour d’après.
Dans certaines DI, durant la crise sanitaire, on a même tenté de limiter la parole et les droits syndicaux, c’est inacceptable. En conséquence de la réforme de la Fonction Publique, les prérogatives syndicales vont se limiter de plus en plus à l’accompagnement des collègues dans leurs recours contre les décisions administratives, là où la parité et la discussion aboutissaient le plus souvent à trouver pour eux des solutions rapides,tout en les protégeant de l’arbitraire.
L’argument de la nécessité de service va servir d’alibi à tout et n’importe quoi, la dernière campagne de mobilité en fournit déjà quelques exemples. Ce qui se profile en matière de promotion est du même acabit, et les latitudes nouvelles accordées aux managers locaux n’augurent rien de bon pour les agents des douanes.

Les élus du SNAD CGT

Documents joints à l'article :

Réagir

L'espace de réaction aux articles est réservé aux adhérents de la CGT douanes.